Éliminatoires de la Coupe du monde 2022 : après la Finlande, une bouffée d'oxygène et des questions

Enfin convaincants face à la Finlande mardi soir, les Bleus ont rassuré. Dans un système de jeu qui offre des options intéressantes à Didier Deschamps.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Lyon - Denis Menetrier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Antoine Griezmann et les Bleus exultent après le deuxième but du joueur madrilène.  (FRANCK FIFE / AFP)

À voir le staff et les joueurs de l’équipe de France s’enlacer avec des grands sourires aux lèvres mardi 7 septembre, au bord de la pelouse du Groupama Stadium, on sentait une forme de soulagement. La manière et le résultat - une première victoire depuis cinq matchs - face à la Finlande (2-0) offraient un peu d’oxygène à des Bleus en apnée depuis leur élimination à l’Euro.

Durant tout ce rassemblement de rentrée, qui a démarré à Clairefontaine le 30 août dernier, Didier Deschamps a bataillé pour trouver la clé. Celle qui devait permettre à ses joueurs de digérer cette défaite cruelle contre la Suisse le 28 juin. Comme l’expliquait le capitaine Hugo Lloris lundi soir, les Bleus ne pensaient pas que le rebond serait si difficile après cet épisode. Il l’a été, dans les grandes largeurs.

Après deux déceptions à Strasbourg et Kiev contre la Bosnie (1-1) et l’Ukraine (1-1), l’équipe de France a enfin trouvé le chemin du succès face à une équipe finlandaise qu’elle aura maîtrisée de bout en bout mardi soir devant un public lyonnais ravi du spectacle. Et au bout de cette belle soirée rhodanienne, le sélectionneur aura trouvé dans un système en 3-4-1-2 - celui-là même que les Bleus avaient aligné face à la Suisse en huitièmes de finale de l’Euro - une option de rechange.

Rassurant à tous les étages

"On a obtenu cette victoire en faisant de très bonnes choses. Autant je n’étais pas satisfait des deux premiers matchs, autant ce soir c’est plus conforme à ce qu’on est capable de faire. Collectivement, la prestation est d’un bon niveau", soulignait Didier Deschamps en conférence de presse après le match contre la Finlande. Il faut dire qu’à tous les étages, l’équipe de France a rassuré mardi.

La défense a connu des petits trous d’air mais n’a pas concédé de buts, une première depuis cinq matchs. Les latéraux ont été performants, avec un Léo Dubois passeur décisif et un Theo Hernandez intéressant pour sa toute première sélection. Le milieu de terrain Pogba-Rabiot a été solide et très actif dans l’entrejeu. Mais c’est surtout l’attaque, avec le trio Anthony Martial-Antoine Griezmann-Karim Benzema, qui a brillé.

Après le soulagement, la question est donc de savoir si Deschamps fera perdurer ce système qui a permis aux Bleus de se libérer. "Je continuerai de m’adapter à l’adversaire. (…) Ça peut marcher ou ne pas marcher. Et ce n’est pas condamné quand ça ne marche pas. Ce sont des options différentes avec des avantages et forcément quelques difficultés ou inconvénients par rapport à ce que peut nous proposer l’adversaire", soulignait le sélectionneur, qui n’exclut donc pas de refaire appel à ce système de jeu.

Quel rôle pour Mbappé ?

Avant de penser tactique, Deschamps devra composer avec les retours de tous ses blessés dans un mois, pour la Ligue des nations : Benjamin Pavard, Lucas Hernandez, N’Golo Kanté, Corentin Tolisso, Marcus Thuram, Ousmane Dembélé et Kylian Mbappé. Le retour du Parisien était d’ailleurs l’objet de certaines questions hier soir. Martial a été bon aux côtés de Griezmann et Benzema, ces deux derniers ayant démontré une belle entente technique sur la pelouse du Groupama Stadium.

Pour Deschamps, pas de doute : Mbappé peut évoluer dans ce système, aux côtés de Benzema et Griezmann, et ce, même si les trois n’ont pas affiché l’entente qu’on attendait d’eux lors de l’Euro. "La présence de Kylian n’aurait pas empêché ce positionnement et aurait amené encore plus de qualité. Kylian a sa place dans ce trio-là, et après ce sont des ajustements à avoir", soulignait le sélectionneur.

La Ligue des nations, prochain objectif

La belle prestation contre la Finlande restera donc dans un coin de la tête du sélectionneur pour les prochaines échéances, mais elle ne suffit pas à faire de ce rassemblement de septembre une réussite totale. À en croire Deschamps, ce qui a fait le succès des Bleus mardi soir réside ailleurs : "Les joueurs sont des compétiteurs mais ils ne mettaient pas ce qu’on a mis ce soir (hier). Si on avait besoin d’un rappel, on l’a eu. Il y a certains matchs qu’on peut se rendre facile. On a besoin de mettre tout ce qu’on a mis aujourd’hui pour l’emporter."

L’état d’esprit des joueurs de l’équipe de France leur a donc permis de se rapprocher un peu plus de leur objectif, à savoir se qualifier pour la Coupe du monde 2022. Avec sept points d’avance sur la Finlande, ils sont bien partis. Mais ils pourraient douter à nouveau dès le mois prochain avec une demi-finale compliquée en Ligue des nations qui se profile face à la Belgique.

D’ici là, les Bleus vont pouvoir retourner dans leur club avec l’esprit un peu plus léger que ces derniers jours. Et avec la volonté de mettre les mêmes ingrédients que contre la Finlande le mois prochain, pour tenter d’aller chercher un titre en Ligue des nations, le 10 octobre à Milan. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.