Coupe du monde de football : pour Hervé Renard, un onze titulaire encore à préciser pour le début du Mondial

A neuf jours du premier match de poules face à la Jamaïque, le staff a encore des choix à faire pour dessiner l'équipe qui démarrera la rencontre.
Article rédigé par Maÿlice Lavorel, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Wendie Renard et Estelle Cascarino autour de Selma Bacha au sol, lors du match entre l'Australie et la France, le 14 juillet 2023. (WILLIAM WEST / AFP)

Le casse-tête n'est pas terminé pour Hervé Renard et son staff. Après la défaite de l'équipe de France face à l'Australie pour le dernier match de préparation (1-0), vendredi 14 juillet, plusieurs interrogations demeurent sur la composition qui démarrera la compétition face à la Jamaïque, le 23 juillet, au Sydney Football Stadium. Des interrogations nourries par les blessures en cascade et des états de forme encore très différents.

En choisissant de titulariser le même onze de départ que face à l'Irlande à une seule exception près, Hervé Renard pensait sans doute confirmer ses premières observations et conclusions, tirées de deux semaines de préparation et d'un premier match dans les jambes. Seule entrante, Elisa de Almeida, touchée aux adducteurs et qui a commencé sa préparation un peu plus tard que le reste du groupe, pouvait confirmer son rôle de titulaire en puissance en charnière.

La charnière toujours en doute

Mais ces certitudes ont été remises en cause sur la pelouse du Marvel Stadium. En grande difficulté, la défenseure parisienne a failli se rendre coupable de deux grosses erreurs dans les dix premières minutes de jeu. Alors qu'il souhaitait la voir "jouer 60 ou 70 minutes", Hervé Renard a fait le choix de la remplacer dès le retour des vestiaires par Estelle Cascarino, qui avait démarré face à l'Irlande, partie s'échauffer le long de la ligne de touche au bout de 20 minutes. Avec l'entrée de l'ex-Mancunienne, l'arrière-garde tricolore a semblé retrouver un peu de sérénité, mais cela n'a pas empêché les Françaises d'encaisser un but décisif. 

Les interrogations ne se limitent pas au secteur défensif. Titularisée pour la deuxième fois en deux rencontres, Kadidiatou Diani n'a pas non plus montré grand-chose. Pas assez visible sur le front de l'attaque, l'ex-Parisienne a aussi semblé se retenir dans les duels après avoir subi un gros choc à la tête à la demi-heure de jeu. De quoi nourrir les doutes sur son état de forme, après être restée sur la touche pendant trois mois pour une blessure à l'épaule.

Certains maux de tête ne font que commencer, puisque la sortie sur blessure de Selma Bacha en toute fin de rencontre pourrait totalement remodeler le visage de l'attaque bleue. "C'est la plus mauvaise nouvelle de la soirée", a ainsi estimé le sélectionneur, qui souhaite tout de même rester prudent en attendant plus d'informations. Si Selma Bacha ne peut plus tenir son rang, l'équipe de France perd un atout de polyvalence, et une place s'ouvre en attaque. 

Vers un nouveau chantier en attaque ?

Si Hervé Renard souhaite conserver son 4-3-3, il lui reste les options Viviane Asseyi, Vicki Becho, qui a honoré ses premières minutes sous le maillot bleu vendredi, ou encore Naomie Feller. Il pourrait aussi être tenté de remonter d'un cran Clara Matéo, jusqu'à présent rentrée au milieu de terrain. A moins que le sélectionneur ne décide de changer de système, après seulement quatre sorties sur le banc des Bleues.

Hervé Renard va tout de même pouvoir s'appuyer sur quelques valeurs devenues sûres. Maëlle Lakrar a rendu une nouvelle copie propre qui devrait l'installer comme titulaire à droite de la défense, devant Eve Périsset. Eugénie Le Sommer a elle aussi rassuré, comme face à l'Irlande, sur sa capacité à fixer la défense, à dynamiser le jeu et à faire la différence. Elle devrait être de celles qui démarreront face à la Jamaïque. Avec qui à ses côtés ? La question est encore ouverte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.