Coupe du monde 2022 : Tunisie, Australie, Danemark... Comment la préparation des futurs adversaires des Bleus s'est-elle terminée ?

La défaite de la Tunisie contre le Brésil, au Parc des Princes mardi soir (5-1), a officiellement clôturé la préparation des quatre équipes qui se retrouveront dans le groupe D du Mondial au Qatar.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Les joueurs tunisiens célèbrent leur but lors du match amical face au Brésil, le 27 septembre 2022, au Parc des Princes, à Paris. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

A moins de deux mois du coup d'envoi de la Coupe du monde, l'heure est aux comptes. Au même titre que la France, l'Australie, le Danemark et la Tunisie, qui se retrouveront dans le groupe D, ont bouclé leur préparation lors de cette fenêtre internationale. Les trois futurs adversaires des Bleus poseront leurs valises au Qatar avec le sentiment d'une année 2022 plutôt accomplie, mais avec quelques réserves.

Soirée gâchée pour la Tunisie face au Brésil

Ce devait être un match de gala et il aura surtout révélé qu'il restait encore quelques belles marches à franchir avant le plus haut niveau international. Au Parc des Princes mardi soir, la Tunisie a été corrigée par le Brésil dans ce qui aurait dû être une rencontre amicale (5-1). Les hommes de Jalel Kadri n'ont réussi à regarder dans les yeux Neymar et compagnie qu'une petite vingtaine de minutes.

Après l'égalisation du défenseur du FC Lorient Montassar Talbi (16e), en réponse à l'ouverture du score de Raphinha (11e), la Tunisie a coulé, cédant face à Richarlison (19e), à Neymar sur penalty (29e) puis Raphinha à nouveau (40e). Menés 4-1 à la pause, les Tunisiens ont également rejoints les vestiaires en infériorité numérique après l'expulsion de Dylan Bronn, coupable d'une faute grossière sur Neymar.

S'ils ont réussi à rester dans la rencontre, posant quelques problèmes à l'arrière-garde auriverde même à dix contre onze, les coéquipiers de Wahbi Khazri terminent leur préparation, jusque-là immaculée (7 matchs et aucune défaite depuis la CAN), par une défaite qui fait tache. Au-delà même de leurs lacunes dans le jeu, et notamment de leur alignement défensif approximatif, les Aigles de Carthage ont surtout donné l'impression qu'ils pouvaient se laisser griser par le prestige d'un grand rendez-vous.

L'Australie termine sur une bonne note

Tous les voyants sont au vert pour les Socceroos. Les Australiens ont bouclé leur préparation par deux victoires contre la Nouvelle-Zélande, leur rival géographique, sans encaisser de but. Les hommes de Graham Arnold se sont d'abord imposés à domicile à Brisbane (1-0), le 22 septembre, avant de gagner à Auckland trois jours plus tard (2-0). Il s'agissait de leur première sortie depuis le barrage qualificatif au Mondial remporté aux tirs au but contre le Pérou, mi-juin.

Ces deux succès confirment la bonne forme des Australiens. Invaincue sur ses cinq dernières rencontres, la sélection ne s'est plus inclinée depuis fin mars, et une défaite contre l'Arabie Saoudite (1-0). Le gros bémol de l'année 2022 des Socceroos est la faible adversité proposée par leurs adversaires. Ils n'ont ainsi affronté que deux pays qui disputeront le Mondial et se sont inclinés les deux fois, contre l'Arabie Saoudite donc, mais aussi face au Japon (0-2), en mars.

Un gros coup, mais de l'amertume pour le Danemark

Le bilan de la trêve internationale est mitigé pour les Danois. Evidemment le succès de prestige face au champion du monde français (2-0) a de quoi promettre le meilleur aux joueurs de Kasper Hjulmand. Mais les demi-finalistes du dernier Euro retiendront aussi qu'ils ont vu filer sous leurs yeux le billet qualificatif pour le Final Four de la Ligue des Nations, pour un petit point.

La faute à la défaite subie chez la Croatie (2-1) quelques jours plus tôt, qui a gagné le droit de jouer des coudes avec l'Espagne, les Pays-Bas et l'Italie en juin 2023. L'équipe de Christian Eriksen se sera inclinée au total trois fois en 2022, dont deux fois contre la même Croatie (1-0, puis 2-1), et en amical contre les Pays-Bas (4-2). Et de l'autre côté de la balance, elle aura montré sa grande cohérence tactique, s'offrant le scalp des Bleus à deux reprises, de quoi prendre l'ascendant psychologique avant de se retrouver au Qatar. Ajoutez à cela, deux victoires contre l'Autriche (2-1, 2-0) et une contre la Serbie fin mars (3-0).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.