Cet article date de plus de trois ans.

Pénurie d'eau ou hausse des ventes de viandes pour barbecue : on a listé quatre effets surprenants de la Coupe du monde

En France, par exemple, les ventes de cookies ont explosé. Et pour cause : la quasi-totalité des matchs des Bleus ont eu lieu à l'heure du goûter. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des supporters brésiliens regardent le match entre le Brésil et la Belgique, à New-York (Etats-Unis), le 6 juillet 2018. (LUIZ RAMPELOTTO / NURPHOTO)

La Coupe du monde de football fait les beaux jours des supporters... mais pas seulement. Comme tous les quatre ans, la compétition fait bondir les ventes de produits comme la bière ou les chips et fait le bonheur des spécialistes du marketing. Celle organisée en Russie n'échappe pas à la règle. Voici quatre effets surprenants suscités par ce Mondial.

En France, la vente de friandises explose

Nouveauté de la Coupe du monde 2018 : la France a joué quasiment tous ses matchs à l'heure du goûter. Jusqu'aux quarts de finale, les Bleus ont à chaque fois joué à 16 heures ou 17 heures, sauf lors de leur match contre l'Australie le 16 juin, qui a eu lieu à midi, heure française. Si les ventes de biscuits peinent habituellement à décoller pendant les Mondiaux, les horaires de cette édition ont cette fois-ci donné un coup de fouet aux achats de friandises. Selon l'institut Iri, les cookies ont vu leurs ventes augmenter de 14%, tandis que les achats de confiseries au chocolat ont crû de 4,1%, rapporte BFMTV. Les ventes de boissons aux fruits ont progressé de 4,4%.

Les produits salés et la bière ne sont pas en reste. Ces produits, qui sont habituellement des succès, profitent de la diffusion des matchs diffusés le soir, à 20 heures. Dans le détail, les ventes de bière ont augmenté de 5,6% en France pendant la compétition, les biscuits apéritifs, de 9,9% et les pizzas, de 18,9%. Mais le grand gagnant de la compétition est Coca Cola, relève BFMTV. Les bouteilles de deux litres de la boisson au goût sucré ont progressé de 26% depuis le début des matchs.

En Russie, une ville hôte en pénurie d'eau

La ville de Samara, située dans le sud-ouest de la Russie, et qui accueille des matchs du Mondial, ne s'attendait pas à l'effervescence créée par la compétition. A tel point que l'affluence a provoqué une pénurie d'eau dans la ville, rapporte le journal argentin Olé (en espagnol), jeudi 5 juillet. La ville a déjà accueilli quatre matchs de poules, un huitième de finale et le quart de finale entre l'Angleterre et la Suède

"En raison de la chaleur dans la ville, la consommation d'eau froide a augmenté", explique l'entreprise de distribution d'eau. Ces derniers jours, l'utilisation d'eau a augmenté de 10% par rapport à un jour normal." Mais la compagnie des eaux de Samara a trouvé la solution, en invitant les visiteurs de son site à prendre leur douche... à deux ! Une demande faite aux visiteurs pour économiser le précieux liquide.

En Croatie, les barbecues ont la cote

Il n'y a pas que la pizza dans la vie. En Croatie, la Coupe du monde a fait augmenter les ventes de viandes à barbecue. "Notre chiffre d'affaires est en hausse de 50% par rapport à la même période l'été dernier sur la vente de saucisses pour barbecue et de viande hachée pour barbecue", a affirmé Tomislav Vincelj, directeur de PIK Vrbovec, une entreprise de transformation de viande, à la télévision croate RTL Hrvatska, rapporte L'Equipe.

En Belgique, des téléviseurs offerts selon le succès des Diables rouges

Ont-ils parlé un peu vite ? L'entreprise belge de magasins Krëfel s'est fait remarquer après avoir annoncé qu'elle rembourserait des milliers de téléviseurs si l'équipe de Belgique marquait 15 buts pendant la Coupe du monde, rapporte Le Soir. Et la bonne nouvelle pourrait bien se produire pour les acheteurs belges, les Diables rouges ayant déjà marqué 14 buts au cours de la compétition. Selon la RTBF, plusieurs milliers de téléviseurs ont été vendus pendant cette campagne de publicité.

Les dirigeants de l'entreprise restent confiants : selon le directeur marketing, la société ne risque pas la banqueroute en cas de réussite belge. "Comme pour toute action publi-promotionnelle, on a budgété les différents cas de figure par rapport à la réalisation ou non de ce pari", a ainsi expliqué Bernard Hubert à la RTBF. La société s'est par ailleurs offert les services d'une assurance londonienne afin de faire face à cet aléa. Pour Krëfel, il n'y a plus qu'à espérer une malchance belge, mardi 10 juillet, face à la France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.