Nasri écarté, Schneiderlin appelé : découvrez la liste des 30 Bleus pour la Coupe du monde

Didier Deschamps a dévoilé la liste des 23 sélectionnés et 7 réservistes en vue du Mondial de foot, qui débute dans un mois. Passage en revue de l'effectif.

Les joueurs de l\'équipe de France lors d\'un match amical contre les Pays-Bas, le 5 mars 2014, au Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
Les joueurs de l'équipe de France lors d'un match amical contre les Pays-Bas, le 5 mars 2014, au Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (DAMIEN MEYER / AFP)

Ça y est ! Didier Deschamps a dévoilé, mardi 13 mai, sur le plateau du 20 heures de TF1, la liste des 23 joueurs retenus pour la Coupe du monde de football au Brésil, qui débutera le 12 juin. A ces 23 s'ajoutent 7 réservistes. Ceux-là devront se tenir prêts jusqu'au 2 juin, date de dépôt des listes définitives, en cas de blessure d'un des joueurs sélectionnés.

Que vous aimiez le foot ou pas, vous n'allez pas pouvoir échapper, lors des prochaines semaines, aux sempiternels débats sur la forme de Benzema, la légitimité d'Evra, ou le poste où faire évoluer Valbuena. Afin de ne pas paraître trop largué(e) sur le sujet, francetv info vous donne deux phrases à glisser d'un air blasé à propos de chaque joueur lors de vos dîners mondains.

Les gardiens de but

Hugo Lloris (Tottenham, 55 sélections) : Peu aidé par la défense catastrophique de Tottenham, il a encaissé en moyenne 1,34 but par match du championnat anglais cette saison. C'est moins bien que Steve Mandanda, mais il en faudra plus pour déloger Hugo Lloris des cages de l'équipe de France, tant il a été régulier en sélection. Et puis, c'est le capitaine quand même !

Steve Mandanda (Marseille, 16 sélections) : On aurait tort de le critiquer, même s'il n'a pas été rayonnant à l'OM cette année. En plus, il a fini par accepter de n'être que la solide doublure de Lloris, ce qui fait toujours un psychodrame de moins à gérer pour Deschamps.

Mickaël Landreau (Bastia, 11 sélections) : A 34 ans et 617 matchs de Ligue 1 au compteur, il a annoncé dimanche qu'il prendrait sa retraite sportive à la fin de la saison. Et comme Deschamps est sympa, il lui propose de terminer sa carrière par un Brésil-France en tribunes, plutôt que par un Bastia-Nantes dans les buts.

Les défenseurs

Bacary Sagna (Latéral droit, Arsenal, 39 sélections) : Contrairement à sa coupe de cheveux, Bacary Sagna joue sobre. Mais cela pourrait ne pas suffire à le faire sortir de son rôle de remplaçant chez les Bleus : il n'a plus été aligné en début de partie depuis le match contre la Biélorussie, en septembre.

Mamadou Sakho (Défenseur central, Liverpool, 16 sélections, 2 buts) : Personne n'aurait compris que Didier Deschamps oublie de sa liste celui qui a marqué deux buts lors du match contre l'Ukraine de novembre, permettant aux Bleus de se qualifier pour la Coupe du monde. Mais attention à ne pas s'emballer : Sakho joue à Liverpool, club qui aurait dû finir champion d'Angleterre si sa défense avait été à la hauteur.

Mathieu Debuchy (Latéral droit, Newcastle, 19 sélections, 2 buts) : A Newcastle, Mathieu Debuchy était très bon jusqu'au départ de son copain Yohan Cabaye pour Paris, lors du mercato d'hiver. Depuis, il est moins convaincant, quand il n'est pas blessé. Mais vu que les deux anciens Lillois sont convoqués, tout devrait s'arranger, non ?

Laurent Koscielny (Défenseur central, 15 sélections) : Le dernier souvenir de Koscielny en Bleu est cauchemardesque, puisqu'il s'était fait exclure lors du match aller entre la France et l'Ukraine pour avoir frappé un adversaire, dix minutes après avoir provoqué un penalty. Cela n'a pas refroidi Deschamps, qui reste convaincu par les très bonnes prestations du défenseur au grand cœur d'Arsenal.

Eliaquim Mangala (Défenseur central, Porto, 2 sélections) : Il ne fait pas partie des visages les plus connus de l'équipe de France. Pas étonnant : il est jeune (23 ans), et n'a jamais joué en France. Mais il a réussi à devenir vice-capitaine de Porto, tout en marquant cinq buts cette saison.

Raphaël Varane (Défenseur central, Real Madrid, 5 sélections) : Raphaël Varane n'a joué que 13 matchs de championnat cette saison. La faute à quelques blessures, mais aussi à la concurrence farouche à son poste au Real Madrid. Mais à 21 ans, il n'a jamais déçu en équipe de France, où tout le monde le voit devenir titulaire d'ici l'Euro 2016.

Patrice Evra (Latéral gauche, Manchester United, 55 sélections) : D'accord, Patrice Evra a vécu une saison cauchemardesque avec Manchester United. D'accord, son règlement de comptes avec certains journalistes en octobre n'a pas arrangé son image de joueur colérique. Mais son expérience et son rôle de leader au sein du vestiaire l'ont rendu indispensable aux yeux de Deschamps.

Lucas Digne (Latéral gauche, PSG, 1 sélection) : Remplaçant au PSG, Digne devrait connaître le même destin au Brésil. A l'image de Raphaël Varane, il incarne à 21 ans l'avenir de la défense des Bleus.

Les milieux de terrain

Paul Pogba (Milieu défensif, Juventus de Turin, 8 sélections, 1 but) : En voilà un qui n'avait aucune raison de stresser en écoutant Deschamps égrener les noms à la télévision. A seulement 19 ans, le tout récent champion d'Italie s'est affirmé comme un cadre de l'équipe de France, débutant les six derniers matchs des Bleus.

Yohan Cabaye (Milieu relayeur, PSG, 27 sélections, 2 buts) : Sorti sur blessure samedi lors du match contre Lille, Yohan Cabaye a tenu à grands renforts de tweets à rassurer sur sa capacité à disputer le Mondial. Le fait qu'il ne soit pas titulaire au PSG n'a pas effrayé Deschamps, qui a récemment confié qu'il voyait sa fraîcheur physique comme un avantage.

Blaise Matuidi (Milieu relayeur, PSG, 20 sélections, 1 but) : A l'image d'un Pogba ou d'un Benzema, lui aussi était assuré d'être du voyage au Brésil. Sa combativité et son endurance plaisent beaucoup au sélectionneur, qui lui a fait démarrer les quatre derniers matchs officiels des Bleus.

Moussa Sissoko (Milieu relayeur, Newcastle, 14 sélections) : Régulièrement appelé par Deschamps depuis son arrivée au poste de sélectionneur, Moussa Sissoko partira au Brésil dans la peau d'un remplaçant. La faute à la concurrence du trio Cabaye/Matuidi/Pogba, et à une saison mitigée à Newcastle.

Rio Mavuba (Milieu défensif, Lille, 9 sélections) : Le capitaine du Losc faisait partie des joueurs qui n'étaient pas certains d'être appelés chez les Bleus. Mais grâce à sa bonne saison et à son état d'esprit irréprochable, il sera la doublure de Cabaye au Brésil.

Clément Grenier (Milieu offensif, Lyon, 3 sélections) : Qui aurait cru que sa présence dans la liste serait une surprise ? Etincelant sous le maillot lyonnais et convoqué à trois reprises par Deschamps l'an dernier, Grenier a été éloigné des terrains ces deux derniers mois par les blessures. Mais son récent retour sur le terrain a convaincu le sélectionneur que ses pépins physiques étaient désormais derrière lui.

Mathieu Valbuena (Meneur de jeu, Marseille, 31 sélections, 5 buts) : Monsieur 100%. C'est le seul joueur à avoir disputé tous les matchs de l'ère Deschamps, relève l'agence Opta. Vous avez dit chouchou ?

Les attaquants

Franck Ribéry (Ailier, Bayern Munich, 81 sélections, 16 buts) : Il a été porté par la bande à Zidane lors de l'épopée de 2006. Depuis, "kaiser Franck" a tenté de sauver l'équipe de France à lui tout seul en 2008, 2010 et 2012, avec un manque constant d'efficacité. Problème : ce n'est plus tout à fait le même joueur depuis qu'il a raté d'un cheveu le Ballon d'or.

Karim Benzema (Avant-centre, Real Madrid, 65 sélections, 19 buts) : C'est l'année de toutes les découvertes pour l'attaquant du Real. Première finale de Ligue des champions fin mai contre l'Atlético Madrid, et première Coupe du monde. Pas sûr qu'il regrette d'avoir manqué celle de 2010, qui s'est finie en eau de boudin.

Olivier Giroud (Avant-centre, Arsenal, 27 sélections, 5 buts) : Que retenir de l'année d'Olivier Giroud ? Ses aventures extraconjugales qui ont fait les choux gras des tabloïds, sa saison encourageante à Arsenal, sa place de 2e joueur préféré des Français d'après un sondage de France Football... ou alors une super Coupe du monde ?

Antoine Griezmann (Ailier, Real Sociedad, 1 sélection) : Sur le terrain, le feu follet de la Real Sociedad fait l'unanimité. En matière capillaire beaucoup moins : tantôt décoloré, tantôt adepte de la raie sur le côté à la François Fillon, l'attaquant se cherche toujours côté cheveux. Attention à la faute de goût pendant le Mondial !

Loïc Rémy (Ailier/Avant-centre, Newcastle, 22 sélections, 4 buts) : Jamais indiscutable, jamais flamboyant, toujours efficace, toujours appelé. Loïc Rémy est à l'équipe de France ce que Robin est à Batman : indispensable.

Les réservistes

Rémy Cabella (Meneur de jeu, Montpellier) : Crête sur le crâne, dribbles insolents et accent chantant : Rémy Cabella, habitué de l'équipe de France Espoir (17 sélections), va découvrir les joies d'une sélection chez les grands. Sauf surprise, il ne devrait toutefois pas être du voyage au Brésil.

Alexandre Lacazette (Avant-centre, Lyon, 2 sélections) : Un joueur, qui malgré son jeune âge, a déjà l'expérience des titres. Un Euro 2010 des moins de 19 ans remporté avec une paire Lacazette-Griezmann en attaque. Une source d'inspiration pour Deschamps ?

Stéphane Ruffier (Gardien, Saint-Etienne, 1 sélection) : Il était en ballottage avec Mickaël Landreau, que Didier Deschamps connaît mieux, pour occuper le poste de 3e gardien. Ce colosse aux allures de "Monsieur Propre", auteur d'une très bonne saison (0,89 but encaissé par match en moyenne), sera finalement la roue de secours du sélectionneur en cas de pépin physique de l'un de ses trois gardiens.
 
Maxime Gonalons (Milieu défensif, Lyon, 6 sélections) : On imaginait mal Maxime Gonalons, appelé pour la dernière fois en novembre 2012, revenir en équipe de France pour la Coupe du monde. Mais sa qualité de passe et son agressivité l'ont rendu indispensable en club, et ont tapé dans l'œil de Deschamps. En raison de la concurrence, il doit toutefois se contenter d'un rôle de réserviste.

Loïc Perrin (Défenseur central, Saint-Etienne) : Depuis que Christophe Galtier l'a reconverti au poste de défenseur central, Loïc Perrin ne cesse d'épater la galerie en Ligue 1. De quoi lui valoir, à 28 ans, une première convocation en Bleu, même s'il ne prendra a priori pas la direction de Rio.

Morgan Schneiderlin (Milieu défensif, Southampton) : Après Pascal Chimbonda en 2006, Morgan Schneiderlin en 2014 ! Inconnu dans l'Hexagone car exilé en Angleterre depuis 2008, ce milieu de terrain de 24 ans possède une réputation de joueur hargneux, très habile lorsqu'il s'agit de tacler. Interrogé en mars par le Daily Mail (en anglais), il avait laissé entendre qu'il pourrait se laisser tenter par l'obtention de la nationalité anglaise s'il continuait à être ignoré par les Bleus. Et maintenant ?

Benoit Trémoulinas (Défenseur latéral, Saint-Etienne, 2 sélections) : Benoît Trémoulinas a bien fait de quitter l'Ukraine. Le latéral, qui n'entrait plus dans les plans de l'entraîneur du Dynamo de Kiev, a rebondi au mercato d'hiver à Saint-Etienne. Didier Deschamps lui donne un signe de confiance fort en l'appelant en tant que réserviste.