Mondial-2014 : la France battue par l'Ukraine (2-0), le Brésil s'éloigne

Les Bleus se sont inclinés en barrage aller, à Kiev (Ukraine), mettant en danger leur qualification pour la coupe du monde, prévue au Brésil.

Le milieu de terrain ukrainien Yevhen Konoplyanka et le défenseur Laurent Koscielny en pleine dispute, le 15 novembre 2013, lors du match aller des barrages pour le Mondial-2014. Ce dernier sera exclu après l\'altercation.
Le milieu de terrain ukrainien Yevhen Konoplyanka et le défenseur Laurent Koscielny en pleine dispute, le 15 novembre 2013, lors du match aller des barrages pour le Mondial-2014. Ce dernier sera exclu après l'altercation. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

Le match retour sera forcément stressant. L'équipe de France de football a été battue par l'Ukraine, 2 buts à 0, vendredi 15 novembre, à Kiev, en match de barrage aller pour la coupe du monde de 2014. Et la France voit resurgir les vieux fantômes. Il y a 20 ans, le 17 novembre 1993, la Bulgarie privait les Bleus du Mondial-1994 aux Etats-Unis. Depuis, les Français étaient parvenus à se qualifier à chaque fois.

Les Bleus n'ont jamais pris la mesure de l'Ukraine, qui s'est imposée grâce à des buts de Roman Zozulia (61e) et Andreï Yarmolenko sur penalty (82e). Si elle veut aller au Brésil l'été prochain, l'équipe de France devra réussir mardi au Stade de France ce qu'aucune autre équipe n'a jamais fait lors de barrages qualificatifs pour une Coupe du monde - remonter un déficit de 2-0 après l'aller.

"On a encore 90 minutes chez nous"

"Si on doit être celle-là, il faut y croire. La meilleure position, c'est l'Ukraine qui l'a après ce résultat, mais on a encore 90 minutes chez nous", a déclaré le sélectionneur Didier Deschamps, sur TF1, après la rencontre. Les Bleus devront le faire sans Laurent Koscielny, expulsé en fin de match, dix minutes après avoir provoqué le pénalty.

Vendredi, pourvue d'une défense plus solide, l'Ukraine a mis beaucoup d'engagement. Face à elle, les Bleus ont manqué d'idées. Depuis de nombreux matchs, le jeu penche à gauche et les Ukrainiens ont tout fait pour neutraliser Franck Ribéry.