France-Belgique : le match a déjà commencé

Avant la demi-finale du Mondial mardi 10 juillet entre la France et la Belgique, le journaliste de France 3 Benjamin Delombre est en duplex depuis Gognies-Chaussée (Nord), située juste à côté de la Belgique.

France 3

Une commune de 800 habitants coupée en deux par une route départementale. D'un côté, la France. De l'autre, la Belgique. À la veille de la demi-finale du Mondial entre la France et la Belgique, mardi 10 juillet, Benjamin Delombre s'est rendu sur place. "S'il existe une ville qui symbolise le match de demain, c'est peut-être cette commune de Gognies-Chaussée (Nord). La frontière belge se situe de l'autre côté du trottoir", explique le journaliste de France 3.

Une ambiance bon enfant

Si la tension devrait être au rendez-vous à Saint-Pétersbourg (Russie) entre la France et la Belgique, pas question de se disputer dans cette commune frontalière. "Les habitants de la commune ont rêvé de cette rencontre depuis le début de la compétition. L'ambiance devrait donc être bon enfant. Cet état d'esprit est symbolisé par les propriétaires du café de la commune. Madame est française, Monsieur est belge. Peu importe le résultat, les tenanciers l'ont promis : il n'y aura pas de scène de ménage", a conclu avec humour le reporter.

Le JT
Les autres sujets du JT
Ambiance avant le match France-Belgique à Tourcoing, le 9 juillet 2018.
Ambiance avant le match France-Belgique à Tourcoing, le 9 juillet 2018. (Francois Flourens / MAXPPP)