Cet article date de plus de trois ans.

Coupe du monde 2018 : pourquoi les Bleus peuvent trembler avant d'affronter l'Argentine

Un France-Argentine est une affiche de rêve pour les amoureux du ballon rond, mais c'est surtout un vrai match de foot, loin d'être gagné d'avance pour les hommes de Didier Deschamps, malgré les difficultés rencontrées par l'équipe de Lionel Messi lors de la phase de poules de la Coupe du monde.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Antoine Griezmann et Leo Messi vont s'affronter en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2018. (JEFF PACHOUD / AFP)

L'Albiceleste peut leur faire vivre un enfer. L'équipe de France aborde les phases éliminatoires de la Coupe du monde en Russie habitée par un sentiment double. Satisfaits d'avoir atteint son premier objectif en terminant en tête du groupe C, les Bleus ont vite déchanté quand ils ont compris qu'ils allaient devoir défier l'Argentine, samedi 30 juin (16 heures) à Kazan.

>> DIRECT. Suivez et commentez le huitième de finale France-Argentine avec nous

Car si les vice-champions d'Amérique du Sud en titre n'ont pas vraiment convaincu lors de leurs premiers matchs du Mondial, ils possèdent quelques arguments, à commencer par le (deuxième ?) meilleur joueur du monde en activité, Lionel Messi. D'autant que les Bleus n'affichent pas, non plus, un niveau de jeu exceptionnel. Franceinfo vous explique pourquoi ce huitième de finale est loin d'être gagné d'avance.

Parce que Griezmann est fantomatique

"Je veux tout casser à la Coupe du monde." Sur le plateau de "Téléfoot", le 3 juin,  Antoine Griezmann affiche ses ambitions. Meilleur joueur et meilleur buteur de l'Euro 2016, le chef de file de l'artillerie française sort d'une saison réussie avec l'Atlético Madrid, avec lequel il a remporté la Ligue Europa. Problème, le joueur de 27 ans n'a pas encore trouvé l'inspiration. Hormis son but inscrit sur penalty face à l'Australie, le Mâconnais n'a rien montré. La faute peut-être à une saison éprouvante – il a joué plus de 60 matchs cette saison  – et une préparation physique soutenue.

Sorti après 70 minutes contre l'Australie, au bout de 80 minutes contre le Pérou, puis de nouveau à la 70e face au Danemark, le taulier de l'attaque française s'est installé sur son banc en grimaçant. Peu satisfait de ses performances, il "espère encore hausser [son] niveau en huitièmes", assurant qu'il va "monter en puissance".

Mais pour Christophe Dugarry, champion du monde 1998 devenu consultant sportif, le problème n'est pas physique. "Tu ne peux pas progresser dans le football quand on te dit que tu es le plus fort, le plus grand, tu as la meilleure coupe de cheveux, martèle l'ancien attaquant des Bleus sur RMC. Cela fait un an qu'il se disperse, que c'est devenu une bête marketing", précise-t-il en allusion aux nombreuses publicités dans lesquelles apparaît Griezmann.

Il a un pied magique que d'autres n'ont pas, c'est un joueur hors norme, mais il se perd depuis un an

Christophe Dugarry

sur RMC Sports

Selon un sondage réalisé par RTL, 46% des Français se disent même déçus par celui qu'ils portaient aux nues il y a encore quelques semaines. "Ne touchez pas à mon Grizou, a lancé Paul Pogba en conférence de presse. Il fait un boulot défensif intense", assure notamment le milieu de terrain de Manchester United. L'intéressé rappelle lui-même qu'"à l'Euro, c'était pareil. C'est à partir des huitièmes que j'étais vraiment bien."

Parce que Messi a retrouvé des couleurs

Adulé avec le Barça, décrié en sélection : et si Leo Messi avait choisi le mauvais moment (pour la France) pour faire taire les critiques. S'il n'a pas encore réalisé de match plein, le quintuple Ballon d'Or reste un énorme danger pour n'importe quelle défense. Son but inscrit face au Nigeria après un enchaînement sublime, rappelle toute l'étendue de son talent. Mais ce but pourrait surtout le libérer alors qu'il a été vivement critiqué ces dernières semaines, notamment après la déroute de son équipe face à la Croatie (3-0), le 21 juin. "Il n’a plus l’énergie et la vitalité d’antan", avait notamment pesté le quotidien argentin La Nacion. 

Meilleur buteur de l'Albiceleste avec 65 réalisations en 127 sélections, "la Pulga" est capable d'endormir une défense, avant de la surprendre sur une accélération, un geste technique ou une passe.

Je ne pense pas qu'il y ait quelqu'un sur cette Terre qui puisse trouver le remède pour stopper Messi

Presnel Kimpembe

en conférence de presse

"Il est capable de tout, on le sait, on est prévenu", renchérit Steve Mandanda qui garde un mauvais souvenir du génie argentin… Lors du dernier match amical opposant les deux sélections, le 12 février 2009 à Marseille, Steve Mandanda avait encaissé deux buts, dont un splendide du génie argentin. "C'était il y a dix ans, on avait perdu [0-2] et je n'avais pas fait un grand match, Messi avait été très bon, je n'ai pas grand-chose de plus à dire", a expliqué Mandanda, avant de rajouter que "ce ne sera pas le même match".

Parce que les statistiques ne plaident pas en faveur des Bleus

Une bien mauvaise habitude. Deux ans avant la défaite à Marseille, l'Albiceleste s'était déjà imposée 1-0 au Stade de France. Et à bien regarder les précédents duels France-Argentine, aucune trace d'un succès tricolore… En Coupe du monde, les deux sélections ne se sont croisées qu'à deux reprises et, à chaque fois, les Bleus se sont inclinés.

En 1930, lors de la phase de groupes de la première Coupe du monde, un but de Luis Monti (81e) donne la victoire à l'équipe de Francisco Olazar, pour ce tout premier duel. Les Français terminent troisièmes de leur groupe et l'Argentine atteint la finale, battue face à l'Uruguay (2-4).

En Coupe du monde, la France ne retrouvera la formation sud-américaine que le 6 juin 1978, à nouveau en phase de groupes. Et dans le bouillonnant stade Monumental de Buenos Aires (Argentine), elle s'incline 2-1 contre le pays hôte. Un penalty de Daniel Alberto Passarella (45e), donne le ton, et même si les Bleus égalisent par Bernard Lacombe à l'heure de jeu, Leopoldo Luque redonne l'avantage décisif aux Sud-américains (73e). L'Argentine triomphera quelques jours plus tard en remportant le premier de ses deux titres mondiaux face aux Pays-Bas (3-1, après prolongation).

En 11 affrontements contre l'Albiceleste, la France a perdu six fois, obtenu trois matchs nuls et gagné que deux fois en matchs amicaux, dont la dernière remonte au Parc des Princes, le 26 mars 1986 avec deux buts de Jean-Marc Ferreri et Philippe Vercruysse. Le premier succès (2-0) date du 8 janvier 1971 dans la très bruyante Bombonera de Buenos Aires.

Parce que les Argentins vont gagner le match des supporters

L'Argentine n'a plus gagné de titre majeur depuis la Copa America 1993, mais l'engouement qu'elle suscite auprès de ses supporters reste intact. Comme dans tous les pays sud-américains, le ballon rond est une religion. Et les fidèles vont se presser en masse pour le match face à la France. Ils sont 54 031 à avoir acheté des billets pour le Mondial, selon des chiffres de la Fifa, contre un peu plus de 26 000 côté français.

Pendant que les Bleus, pourtant déjà qualifiés, se sont fait siffler pour leur match terne face aux Danois, les Argentins ont pu compter sur un public nombreux et dévoué. Malgré leur entame de Coupe du monde compliquée, les supporters de l'Albiceleste ont porté leur équipe, notamment lors du match décisif contre le Nigeria. Même après l'égalisation de Victor Moses sur penalty (51e), le stade de Saint-Pétersbourg a vibré aux chants des Argentins. Et ils devraient encore être plus nombreux samedi à Kazan. En tout cas, beaucoup plus que les supporters français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.