Cet article date de plus de quatre ans.

Coupe du monde 2018 : la Russie punit l'Espagne, duel homérique de gardiens lors de Danemark-Croatie... Ce qu'il faut retenir de cette 2e journée des 8e de finale

On connaît le deuxième quart de finale de la Coupe du monde. La Russie affrontera la Croatie. Les Russes ont réussi l'exploit de sortir l'Espagne, alors que les Croates ont écarté le Danemark après une séance de tirs au but magnifique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
La joie des joueurs russes, qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe du monde, après leur victoire face à l'Espagne, dimanche 1er juillet 2018. (MLADEN ANTONOV / AFP)

Coup de tonnerre à Moscou. L'Espagne, invaincue depuis 23 matchs, est tombée face à une équipe de Russie disciplinée. La Roja a été sortie après une prestation très terne. Elle n'a jamais trouvé la solution face au bloc russe et a perdu à la loterie des tirs au but. La Croatie a aussi dû attendre la séance fatidique pour se débarrasser du Danemark. Voici ce qu'il faut retenir de cette nouvelle journée de Coupe du monde du dimanche 1er juillet.

Les résultats du jour

Espagne-Russie : 1-1 (3-4 aux tirs au but). Une qualification au bout de l'ennui. Très vite, on a senti que cette rencontre allait être longue, très longue. Face à des Russes décidés à défendre pour jouer le contre, les Espagnols ont eu toutes les peines du monde à trouver l'ouverture. Ils pensaient avoir fait le plus dur avec le but contre son camp de Ignachevitch (11e minute). Mais les Russes ont égalisé sur un penalty (41e) sifflé après une main de Gerard Piqué. La suite aura été une très longue séquence d'attaque-défense, avec une Roja se cassant les dents sur le rideau de fer russe. Et l'inéluctable est arrivé : la séance de tirs au but. A cette loterie, les Russes ont pu compter sur leur gardien Akinfeev qui a stoppé les tentatives de Koke et Iago Aspas.

Croatie-Danemark : (1-1, 3-2 tab). Il ne fallait pas rater le début du huitième de finale entre la Croatie et le Danemark. Au bout de cinq minutes, les deux équipes étaient déjà à égalité 1-1, Mario Mandzukic répondant à l'ouverture de score de Mathias Jorgensen. Ensuite ? Plus grand-chose jusqu'aux dernières minutes de la prolongation et ce penalty sifflé contre le Danemark. Luka Modric a eu la balle de la qualification, mais le gardien Kasper Schmeichel s'est interposé. Lors de la séance de tirs au but, ce dernier a continué son show en détournant deux tentatives, mais Danijel Subasic, le gardien croate, a fait encore plus fort en repoussant trois tirs. C'est Ivan Rakitic qui a qualifié la Croatie lors du cinquième et dernier tir au but.

Les qualifiés du jour

La Russie a déjoué tous les pronostics en éliminant l'un des grands favoris de la compétition, l'Espagne, au bout de l'ennui. Le pays-hôte affrontera la Croatie, qui a dompté le Danemark après une séance de tirs au but (1-1 au bout de la prolongation) de haute volée et un duel à distance magnifique entre les deux gardiens. Le quart de finale aura lieu samedi 7 juillet à 16 heures.

La phrase du jour

Nous espérions les tirs au but. Nous faisons une Coupe du monde fantastique. Pas seulement nos fans, mais les fans d'autres pays ont ressenti cette atmosphère et ont compris que les Russes savent vraiment comment jouer au football.

Igor Akinfeev, le gardien de la Russie

AFP

Igor Akinfeev était euphorique après la qualification surprise de son équipe aux tirs au but face à l'armada espagnole. Il a envoyé un message au monde entier et notamment à ceux qui voyaient les Russes échouer lors de leur Coupe du monde. La Russie est en quarts de finale de son Mondial et affrontera la Croatie.

Le tweet qui avait tout prévu

Sans club, ni sélection depuis le fiasco de Knysna (Afrique du Sud) au Mondial 2010, Raymond Domenech n'a pas quitté le monde du football. Il en reste même un observateur attentif. Spectateur du triste Espagne-Russie, l'ancien sélectionneur avait vu juste en assurant que l'Espagne allait au devant de grandes désillusions en jouant de la sorte.

Dominer de façon stérile et faire circuler la balle sans chercher à faire mal à l'adversaire n'offrent aucune garantie de succès. Deux heures et une séance de tirs au but plus tard, l'Espagne en a fait l'amère expérience.

Les hommes du jour

Cette séance de tirs au but entre le Danemark et la Croatie a offert un superbe duel à distance entre les deux gardiens : le Danois Kasper Schmeichel d'un côté, le Croate Danijel Subasic de l'autre. Le premier avait entretenu l'espoir durant la prolongation en détournant un penalty de Luka Modric à trois minutes du terme. La séance de tirs au but qui a suivi a été exceptionnelle. Tour à tour, les deux portiers ont brillé. Subasic a d'abord stoppé les tentatives d'Eriksen et de Schöne. Kasper Schmeichel lui a répondu en repoussant celle de Badelj et Pivaric. 

Subasic, le gardien de l'AS Monaco, remettait la pression en arrêtant le cinquième tir danois, les deux équipes étaient à égalité 2-2. Si Ivan Rakitic transformait le sien, la Croatie se qualifiait. Le joueur du FC Barcelone a pris Schmeichel à contre-pied. Entre Subasic et Schmeichel, il fallait un vainqueur et c'est le Croate qui l'a emporté.

L'image qu'il n'est pas trop tard de partager sur les réseaux sociaux

Buteur improbable et magnifique face à l'Argentine, Benjamin Pavard a offert une séquence "émotions" lors de l'émission "Téléfoot", dimanche sur TF1. Le défenseur tricolore a eu la surprise d'avoir un message de ses parents, qui "vivent un moment magique" grâce à lui.

Le joueur n'a pu retenir ses larmes. "Ils ont fait énormément de sacrifices depuis que je suis petit. Je suis parti en internat à l’âge de 10 ans, loin de ma famille. C’est aussi une récompense pour eux. Ils comptent énormément pour moi, ils sont toujours là pour me soutenir", a-t-il déclaré.

Les stats à sortir demain pour briller à la machine à café

• David De Gea aura vécu un Mondial compliqué. Le meilleur gardien de Premier League n'a été que l'ombre de lui-même. En s'inclinant devant le penalty tiré par l'attaquant russe Dziouba lors du huitième de finale Espagne-Russie, il a encaissé son sixième but de la compétition... en sept tirs ! Il n'a pas été plus inspiré durant la séance de tirs au but. Parti à deux reprises du bon côté, il n'a pu en détourner aucun.

• Cet Espagne-Russie ne restera pas dans les annales du football, mais l'histoire retiendra que c'est lors de cette rencontre qu'a eu lieu le premier quatrième changement de l'histoire : Ierokhine est entré en jeu lors de la prolongation à la place de Daler Kouzyaïev. 

• On tient le but le plus rapide de la Coupe du monde. Ce Danemark-Croatie était commencé depuis à peine une minute, 57 secondes exactement, que le Danois Mathias Jörgensen trompait le gardien croate, Danijel Subasic.

• La malédiction du pays-hôte continue pour l'Espagne. Avant son huitième de finale contre la Russie, la Roja avait été à chaque fois éliminée lorsqu'elle croisait le pays organisateur du Mondial. En 1934, elle avait échoué en quarts de finale contre l'Italie à Florence. En 1950, elle est humiliée par le Brésil (6-2) au tour final à quatre équipes. En 2002, elle est battue, déjà aux tirs au but, par une surprenante équipe de Corée du Sud. Le revers face à la Russie à Moscou s'ajoute à cette funeste liste.

Qu'est-ce qu'on fait lundi ?

Troisième et avant-dernière journée des huitièmes de finale de cette Coupe du monde avec deux affiches déséquilibrées sur le papier. Le Brésil ouvre le bal à 16 heures contre le Mexique. La Seleção, solide sans être flamboyante depuis le début, part favorite face à la sélection mexicaine qui est toutefois une des sensations de la compétition.

L'autre rencontre opposera la Belgique au Japon. Les Diables rouges, convaincants en phase de poules, vont miser sur leur potentiel offensif contre une sélection japonaise, invitée surprise de ce tableau final. A priori, la Belgique devrait pouvoir compter sur son attaquant Romelu Lukaku, totalement rétabli après sa blessure contractée face à la Tunisie (5-2).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.