Coupe du monde 2018 : la France et la Croatie qualifiées, l'Argentine en déroute... Ce qu'il faut retenir de cette 8e journée

Franceinfo vous résume la journée de jeudi, marquée par les qualifications de l'équipe de France, de la Croatie et par le revers de l'Argentine de Lionel Messi, plus que jamais dos au mur après deux rencontres. 

Lionel Messi dépité durant la rencontre de l\'Argentine face à la Croatie jeudi 21 juin 2018.
Lionel Messi dépité durant la rencontre de l'Argentine face à la Croatie jeudi 21 juin 2018. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Mission accomplie pour Didier Deschamps et ses hommes. Avec deux victoires en autant de rencontres, la France est qualifiée en huitième de finale de la Coupe du monde. Contre le Pérou, les Bleus se sont imposés sur la plus petite des marges (1-0) grâce à Kylian Mbappé. Dans l'autre rencontre de ce groupe, l'Australie et le Danemark se sont neutralisés (1-1). Un résultat qui fait l'affaire des tricolores. En revanche, pour l'Argentine, ça se complique sérieusement après sa défaite contre la Croatie. Si vous n'avez pas tout suivi, franceinfo vous offre une séance de rattrapage.

Les résultats du jour

Danemark-Australie : 1-1. L'Australie confirme son statut de poil à gratter dans ce groupe C. Après avoir considérablement gêné les Bleus, les Socceroos ont tenu en échec le Danemark. Christian Eriksen avait pourtant ouvert le score d'une belle reprise de volée, mais Mile Jedinak, le capitaine australien à la barbe impressionnante, a égalisé sur un penalty sifflé, après utilisation de la VAR, pour une main dans la surface. En seconde période, chaque équipe a eu son temps fort sans que le score n'évolue.

France-Pérou : 1-0. La France peut souffler. En s'imposant contre le Pérou, les Bleus sont qualifiés pour les huitièmes de finale. Kylian Mbappé a délivré les siens à la 34e minute et est devenu le plus jeune buteur tricolore dans un grand tournoi. En seconde période, les Bleus ont reculé et souffert, les Péruviens ont même touché le poteau d'Hugo Lloris, mais sont parvenus à préserver l'essentiel. Les hommes de Didier Deschamps affrontent le Danemark mardi 26 juin avec en jeu la première place du groupe C.

Argentine-Croatie : 0-3. Il n'y a pas eu photo entre la Croatie et l'Argentine dans ce choc du groupe D. Sans idées, sans inspiration, avec un Messi trop peu trouvé et à des années-lumière de son niveau à Barcelone, l'Argentine s'est inclinée 3-0. Une première erreur grotesque du gardien argentin a coûté le premier but et un éclair de Modric a clos le suspense. Avec un seul point en deux rencontres, l'Albiceleste est toute proche de la sortie. Son avenir dépendra du résultat entre l'Islande et le Nigeria. La Croatie, elle, est qualifiée pour les huitièmes de finale.

La phrase du jour

Lors de toutes les grandes compétitions, la question revient comme un serpent de mer : les joueurs sont ils interdits de faire l'amour ? A cette interrogation ô combien importante, le capitaine islandais Aron Gunnarsson a lancé en riant : "Pour le moment, oui".

Une réponse immédiatement contredite par le sélectionneur Heimir Hallgrimsson qui ne veut pas que les joueurs trompent leurs épouses ou copines, mais qui n'interdit pas l'acte. "Au moins aussi longtemps que les femmes ne sont pas arrivées. Mais le sexe n'est pas interdit, c'est des conneries", a-t-il lancé.

Le tweet qui nous a fait rire

L'arbitrage avec l'assistance vidéo (la VAR) est une nouveauté de cette Coupe du monde 2018. Elle a déjà été utilisée à plusieurs reprises notamment lors de la victoire de la France contre l'Australie où la faute sur Antoine Griezmann a été sanctionnée d'un penalty après que l'arbitre ait revu les images.

Pour symboliser l'appel à la vidéo et le faire comprendre aux spectateurs et téléspectateurs, l'arbitre dessine un écran avec ses doigts. Ce geste a vite été repris par les joueurs du Mondial qui l'imitent dès qu'ils s'écroulent dans la surface après un contact.

L'homme (inquiet) du jour

Le Colombien Carlos Sanchez a sans doute précipité la défaite de son équipe contre le Japon en se faisant expulser dès la 3e minute. Une expulsion qui n'a pas été du goût de certains supporters des Cafeteros qui ont menacé le joueur sur Twitter en faisant référence à Andres Escobar.

Ce dernier avait été abattu à son retour au pays pour avoir inscrit un but contre son camp lors de la rencontre face aux Etats-Unis à la Coupe du monde 1994. Un certain @HumoAguilaFPC, dont le profil a disparu, a tweeté "je propose un rêve" avec un montage photo de Escobar et Sanchez. La police colombienne prend très au sérieux ces menaces et a ouvert une enquête.

L'image qu'il n'est pas trop tard de partager sur les réseaux sociaux

Un savoureux photomontage a fait son apparition sur la toile depuis le début de la Coupe du monde. Lancé par le compte Twitter La_SMAcadémie, ce meme d'une piscine se remplit au fur et à mesure. Qui trouve-t-on pour l'instant dans cette piscine ? Samuel Umtiti et sa main contre l'Australie jouent au volley. Deux joueurs saoudiens sont allongés au bord. David De Gea, le gardien espagnol, et sa boulette face au Portugal, est à côté d'Umtiti.

Lionel Messi est en bas du toboggan. Mario Mandzukic, ceinturé par un défenseur nigérian, va tomber dans l'eau. Le Brésilien Neymar est en train de faire une "bombe". Dans les virages du toboggan, on trouve le gardien islandais Hannes Thor Halldorsson. Enfin, le dernier à faire son apparition est l'Iranien Milad Mohammadi avec sa tentative de touche farfelue contre l'Espagne.

La stat à sortir demain pour briller à la machine à café

Même si on s'ennuie parfois fermement lors de certaines rencontres, cette Coupe du monde est plutôt prolifique en buts puisque depuis le début, aucun match ne s'est terminé sur un score nul et vierge. La série est en cours, après 23 rencontres disputées, et constitue une première dans un Mondial depuis 1954. 

Qu'est-ce qu'on mate (et qu'on zappe) demain ?

Vendredi 22 juin, la plupart des regards se tournent vers le Brésil dont la réaction est attendue après son match nul contre la Suisse (1-1). Neymar et ses coéquipiers doivent s'imposer contre le Costa Rica (14 heures) pour se replacer dans la course à la qualification. Si on peut, à la rigueur, enchaîner avec Nigéria-Islande (17 heures) qui offre une belle opposition de styles, on peut en revanche se dispenser de Serbie-Suisse (20 heures) à moins que vous souhaitiez entamer votre nuit devant l'écran.