Coupe du monde 2018 : l'Argentine exulte, la France somnole, un nouveau ballon arrive... Ce qu'il faut retenir de cette 13e journée

Au bout du suspens, l'Argentine s'est imposée face au Nigeria, mardi, et s'est offert un billet pour défier la France en huitièmes de finale samedi après-midi.

Félicité par Lionel Messi, Marcos Rojo fête son but face au Nigeria, le 26 juin 2018, à Saint-Pétersbourg (Russie).
Félicité par Lionel Messi, Marcos Rojo fête son but face au Nigeria, le 26 juin 2018, à Saint-Pétersbourg (Russie). (HENRY ROMERO / REUTERS)

Ils ont entrevu l'enfer, ils auront finalement une place au paradis des 16 meilleures nations mondiales. Les joueurs de l'Argentine se sont imposés sur le fil face au Nigeria, mardi 26 juin, lors de la Coupe du monde en Russie. Grâce à ce succès, les coéquipiers de Lionel Messi se sont qualifiés pour la suite de la compétition. Ils affronteront, samedi, l'équipe de France, qui a livré une prestation terne face au Danemark. Voici ce qu'il ne fallait pas rater de cette journée au Mondial.

Les résultats du jour 

Danemark-France : 0-0. Le voilà, le premier score nul et vierge du Mondial ! Comme son résultat l'indique, cette rencontre entre une équipe de France remaniée et des Danois regroupés en défense ne restera pas dans les annales. Les Bleus ont conforté leur premier place du groupe C mais n'ont pas gagné en certitudes sur leur jeu.

Australie-Pérou : 0-2. Face à des Péruviens déjà éliminés, les Socceroos espéraient doubler le Danemark et prolonger leur séjour russe. Un but d'André Carrillo dès la 18e minute (le premier pour le Pérou en Coupe du monde depuis 1982) les a refroidis. Leurs espoirs se sont définitivement envolés au retour des vestiaires avec un but du capitaine sud-américain, Paolo Guerrero, à la 50e. Bye bye!

Nigeria-Argentine : 1-2. Avec une équipe affichant une moyenne d'âge de 30 ans au coup d'envoi, l'Argentine a fait le pari de l'expérience. Un pari longtemps perdant, incarné par un capitaine, Javier Mascherano, 34 ans, aux abois. Lionel Messi avait ouvert le score dès la 14e, mais l'Albiceleste, incapable de prendre le large, avait encaissé un penalty de Victor Moses à la 51e. C'est finalement Marcos Rojo, 28 ans, qui a sauvé les Argentins de l'élimination sur une jolie reprise de l'intérieur du droit à la 86e.

Islande-Croatie : 1-2. Les Islandais ont longtemps résisté (voire mieux) face aux Croates, qui ont fini par ouvrir le score à la 53e. Après une égalisation des Nordistes sur penalty, les coéquipiers de Luka Modric ont repris l'avantage à la 90e et conforté leur première place dans le groupe D. C'est dur pour l'Islande, qui termine dernière alors qu'elle aurait mérité mieux.

Les qualifiés du jour

En huitièmes de finale, la France affrontera l'Argentine, samedi, à 16 heures. De son côté, le Danemark sera opposé à la Croatie, dimanche, à 20 heures. Ces nouvelles rencontres s'ajoutent aux affiches Uruguay-Portugal (samedi, 20 heures) et Espagne-Russie (dimanche, 16 heures) déjà connues depuis lundi.

La phrase du jour

Je suis sûr que la France ira très loin, peut-être même jusqu'au titre.Age Hareideentraîneur du Danemark

Il y a deux jours, le sélectionneur danois disait ne "pas croire à cette équipe de France", dont les joueurs allaient "surtout avoir envie de briller sur un plan personnel". Un (triste) match contre les Bleus plus tard, le voilà qui trouve que "la France a une équipe formidable""Il a changé d'analyse en peu de temps", s'amuse Didier Deschamps.

Le tweet du jour

L'ancien sélectionneur des Bleus Raymond Domenech a adressé un joli message à son successeur, Didier Deschamps. Avec bientôt 80 matchs au compteur, ce dernier deviendra, samedi, l'homme au plus long règne à la tête de l'équipe de France.

L'homme (et le Dieu) du jour

Il a suffi de trois somptueuses touches de balle à Lionel Messi pour entamer l'opération sauvetage de l'Argentine. Lancée en profondeur, la star de Barcelone, en pleine course, a amorti le ballon de la cuisse, l'a contrôlé du pied et a expédié un tir tendu dans les cages nigérianes. Il aurait été dommage de se séparer d'un tel talent dès la phase préliminaire. On attend désormais avec gourmandise de le voir évoluer face à la France. On attend aussi de voir les prochaines facéties de Diego Maradona, qui s'est fait remarquer durant tout le match dans les tribunes.

L'image qu'il n'est pas trop tard de partager sur les réseaux sociaux

Le ballon Telstar Mechta, le 24 juin 2018.
Le ballon Telstar Mechta, le 24 juin 2018. (ADIDAS / AFP)

Balles neuves au Mondial. Adidas a dévoilé le ballon qui sera utilisé à partir des huitièmes de finale du tournoi. Quasi identique au Telstar 18 actuel, "le Telstar Mechta est doté d'un nouveau design rouge vif inspiré des couleurs du pays hôte du fait que les matches sont plus chauds dans la phase à élimination directe", assure la Fifa.

La stat à sortir pour briller demain à la machine à café

Et si on décernait le prix de l'équipe la plus ennuyeuse de ce début de Coupe du monde à... la France ? Face au Danemark et à l'Australie, les Bleus ont pris part à deux des trois rencontres où l'on a eu le moins de frappes à se mettre sous la dent. (A moins que ce soit l'équipe la plus redoutée, qui a su intimider les attaquants adverses ?)

Qu'est-ce qu'on mate (et qu'on zappe) demain ?

Après les Argentins, c'est au tour des Allemands et des Brésiliens de jouer leur qualification lors de leur dernier match de groupe. Rendez-vous à 16 heures pour Corée-du-Sud-Allemagne (plutôt que Mexique-Suède), que la Mannschaft devra remporter avec au moins deux buts d'écart pour valider son billet pour les huitièmes. A 20 heures, le choix est vite fait entre Suisse-Costa Rica et Serbie-Brésil. On surveillera notamment la performance de Neymar dans ce match sous pression, où les Auriverdes risquent l'élimination dès la phase de poule.