Violences lors du match Paris FC-Lyon : le Paris FC va faire appel de sa suspension de terrain

Le Paris FC a décidé de faire appel de la suspension de terrain courant sur cinq matchs, l'une des sanctions qui lui ont été infligées par la FFF. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers anti-émeutes interviennent dans les tribunes,lors du 32e de finale de Coupe de France entre le Paris FC et l'Olympique Lyonnais, au stade Charlety à Paris, le 17 décembre 2021.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Près de trois semaines après les violences survenues entre supporters lors du 32e de finale de Coupe de France entre le Paris FC et l'Olympique lyonnais, le club parisien a publié un communiqué mercredi 5 janvier, en parallèle d'une conférence de presse de Pierre Ferracci, son président. 

Alors que la commission de discipline de la Fédération française de football (FFF) avait prononcé le 27 décembre un certain nombre de sanctions à l'encontre des deux clubs, le Paris FC a annoncé faire appel de l'une de ces sanctions. La FFF avait donné le match perdu au club parisien (comme à l'OL), entraînant de fait leur élimination de la compétition, une amende de 10 000 euros, et cinq matchs ferme de suspension de terrain, du Stade Charléty donc. 

"Disproportion totale" entre les sanctions et les faits

C'est contre cette dernière sanction que le club va faire appel, la trouvant injuste. "Ce que l'on va plaider en appel, c'est qu'il y a une disproportion totale, et même assez impressionnante entre la sanction qui nous est appliquée et ce qu'on a fait et ce qui a été fait dans d'autres cas du même types", s'est justifié Pierre Ferracci.

Pour appuyer son propos, le président du Paris FC est revenu sur les précédentes violences qui ont ébranlé la saison de Ligue 1 et les sanctions qui en ont découlé : trois matchs à huis clos pour Nice dont deux à domicile, deux matchs à huis clos pour Lyon, les deux à domicile. "Nous, on prend cinq matchs à l'extérieur", a-t-il encore déclaré. 

"Le Paris FC va porter à la connaissance de la Commission supérieure d’appel des éléments susceptibles de montrer le caractère disproportionné de la sanction [suspension de terrain], tant au regard des moyens engagés par le Paris FC à l’occasion de ce match, que des sanctions adoptées lors d’actes violents commis dans d’autres stades", a aussi précisé le club dans son communiqué. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe de France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.