Finale de la Coupe de France entre Nice et Nantes : l’interminable attente des supporters et l'envie d'en découdre des joueurs

20 000 supporters niçois et autant de nantais sont attendus pour cette finale à guichets fermés qui verra s'opposer ces deux clubs clubs historiques qui attendent un titre depuis plus de 20 ans. Le coup d'envoi sera donné à 21 heures.

Article rédigé par
Nicolas Peronnet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le stade de France, à Saint-Denis, le 30 avril 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

Depuis que rendez vous est pris entre Aiglons et Canaris au Stade de France, Christophe Galtier a un petit côté obsessionnel : "Il n'y a pas un jour, je n'ai pas pensé au match..." L'entraîneur niçois, tombeur en huitièmes de finale du PSG, le finaliste des six dernières éditions sait que l'occasion est belle.

>> Coupe de France : trois raisons de suivre la finale entre Nice et Nantes

Et pour cause : Nice et Nantes s'affrontent samedi 7 mai dans la soirée pour tenter de décrocher le trophée de la 105e édition au Stade de France. Deux clubs historiques qui attendent un titre depuis plus de 20 ans. 20 000 supporters niçois et autant de nantais sont attendus pour cette finale à guichets fermés... Du côté de Nice, comme de Nantes, on est impatients de garnir à nouveau les armoires à trophées.

"Ce n'est pas souvent que l'OGC Nice a pu remporter ce trophée. Et ce n'est pas souvent qu'il peut venir participer à une finale de Coupe de France..."

Christophe Galtier

à franceinfo

"Evidemment qu'il y a une saveur !, poursuit-il. Ce sont des matches qu'on ne doit pas jouer avant : il faut rester dans une routine normale..." Pas facile quand toute une ville attend la Coupe de France depuis 25 ans : le défenseur brésilien Danté, le capitaine niçois, a pu le mesurer ces dernières semaines. "Quand tu vas au supermarché, à la boulangerie, tu vois que toute la ville est mobilisée. Les gens attendent cette finale-là...", assure Danté.

Interminable attente

À Nantes également, on parle Coupe de France à tous les coins de rue. Car l'attente est tout aussi interminable : il s'est écoulé 22 ans depuis le dernier sacre, face aux amateurs de Calais. Le capitaine nantais Ludovic Blas avait deux ans. "Je pense que c'est de la bonne pression aussi parce que ces matchs là, si on ne profite pas et qu'on ne prend pas du plaisir, je ne sais pas à quel moment on va profiter, souligne ce dernier. Donc il faut juste rester concentrés et surtout bien préparer le match."

Et faire abstraction du contexte : le match se déroulera dans un Stade de France à guichets fermés, et les supporters nantais en jaune et vert seront ce soir aussi nombreux que les Niçois en rouge et noir.

"On sent qu'il y a une attente et beaucoup de soutien : on sent une ferveur !"

Antoine Kombouaré, entraîneur du FC Nantes

à franceinfo

"Les gens ont envie d'apporter leur joie, leur amour, ajoute Antoine Kombouaré. Ce que je souhaite surtout, c'est qu'on fasse un beau match de foot, un grand match, et que ce soit une belle fête du football." Impatience d'un titre, engouement populaire... Et ce n'est pas tout : un autre point commun entre les clubs de Nice et Nantes est le nombre de Coupes de France, trois chacun dans leur vitrine à trophées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe de France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.