Affaire de la sextape : Benzema en défense au 20 heures de TF1 ce soir

Pour la première fois, l'attaquant de l'équipe de France va s’exprimer sur l’affaire de la vidéo intime de Valbuena, alors qu’il s’est fait tacler par le Premier ministre.

(Benzema va s'exprimer pour la première fois sur l'affaire de la sextape de Valbuena © SIPA / BEBERT BRUNO)

Après la révélation d'une écoute téléphonique dans la presse, les propos de Mathieu Valbuena dans Le Monde la semaine dernière et ce mercredi l'essentiel des déclarations de Benzema au juge, le joueur mis en examen devrait contre-attaquer, en donnant sa version dans le journal de 20h sur TF1, ce soir. C'est un épisode de plus dans cette histoire qui embarrasse chaque jour un peu plus le football français.

A LIRE AUSSI ►►►Chantage présumé à la "sextape" contre Valbuena : Benzema mis en examen

Faire redescendre la pression de quelques degrés. L’interview a semble-t-il été enregistrée mardi en fin de journée à Madrid. Dans l'entourage de Karim Benzema, certains souhaitaient qu'il s'exprime rapidement devant une caméra, d'autres étant nettement moins emballés, en tout cas au début de l’affaire. L'objectif, c’est de montrer un autre visage et surtout enrayer la chute.

Il est grand temps puisque même le Premier ministre demande implicitement sa mise à l'écart de l'équipe de France. "Un grand sportif doit être exemplaire (...) Et s'il n'est pas exemplaire, il n'a pas sa place en équipe de France" , a déclaré mardi le Premier ministre sur Europe 1 .

L'attaquant français se retrouve obligé à un numéro d'équilibriste. Oui, il  a reconnu  avoir joué le rôle d'intermédiaire, un terme qu'il a lui-même utilisé lors de sa garde à vue, mais sans jamais vouloir nuire à Mathieu Valbuena. 

A LIRE AUSSI ►►►Sextape contre Valbuena : une écoute gênante pour Benzema

Quant à la conversation téléphonique de Karim Benzema avec son ami d'enfance, des mots pas forcément très intelligents, mais juste des mots qui ne sont pas pénalement répréhensible veut-t-on croire parmi ses soutiens.

L'attaquant tricolore devrait avant tout s'exprimer non pas sur le fond du dossier mais sur un axe plus intimiste. Il ne peut plus se permettre de laisser filer l’affaire sans s’exprimer. Son entraineur au Real Madrid lui a certes réaffirmé sa confiance, en déclarant "c'est un garçon exceptionnel et il a tout notre appui" , mais en France, la situation devient réellement intenable.

Au Real de Madrid, Karim Benzema reste défendu par son entraîneur, Rafaël Benitez : un reportage de Mathieu de Taillac
--'--
--'--