Soupçons de dopage : la coureuse de fond Clémence Calvin et son mari ont passé 48 heures en garde à vue à Marseille

L'athlète et son mari ont été placés en garde à vue mercredi et jeudi dans le cadre d'une enquête ouverte en 2019 pour "acquisition, détention, transport, prescription, offre et cession de substances ou produits" dopants.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La coureuse de fond Clémence Calvin après le 43è marathon de Paris, le 14 avril 2019. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

La coureuse de fond Clémence Calvin, suspendue quatre ans pour s’être soustraite à un contrôle antidopage en 2019, a passé 48 heures en garde à vue avec son mari à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, a appris vendredi 4 août franceinfo de source proche du dossier, confirmant une information du journal L’Équipe.

>> DOSSIER. Dopage : où en est la lutte antidopage dans son combat contre les tricheurs ?

L’athlète, dont la suspension de quatre ans prendra fin en décembre, a été placée en garde à vue mercredi et jeudi avec son mari, dans le cadre d’une enquête ouverte par le pôle santé publique de Marseille en mars 2019 pour "acquisition, détention, transport, prescription, offre et cession de substances ou produits" dopants, "cession de substance classée comme vénéneuse".

C’est la première fois que le couple était entendu par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP).

La marathonienne française Clémence Calvin, 29 ans, est soupçonnée de s'être soustrait à un contrôle antidopage à Marrakech (Maroc) le 27 mars 2019. Elle avait ensuite affirmé qu'un des trois agents missionnés par l'AFLD, qui ne se serait pas présenté comme tel, l'a agressée dans la rue, son enfant tombant même de ses bras dans l’altercation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.