Cet article date de plus de sept ans.

Dopage-Russie : "Le CIO rate la marche de l'histoire" pour Valérie Fourneyron

Valérie Fourneyron, présidente de la Commission "médecine santé recherche" à l'Agence mondiale antidopage, a vivement critiqué lundi la décision du CIO de ne pas suspendre la Russie pour les JO de Rio.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Pour Valérie Fourneyron le dossier du dopage va peser sur les JO de Rio © SIPA/Isabelle Harsin)

Après l’annonce du Comité international olympique (CIO) de ne pas suspendre les athlètes russes des Jeux olympiques de Rio après le scandale du dopage organisé, Valérie Fourneyron, présidente de la Commission "médecine santé recherche" à l'Agence mondiale antidopage, estime lundi sur France Info que "le CIO rate la marche de l'histoire ".

"C'est une décision qui est décevante de la part du CIO qui était face à une décision historique, montrer sa détermination à préserver l'intégrité du sport. (…) Il me semble que le CIO rate la marche de l'histoire ", a-t-elle regretté.

"On était face au plus vaste programme de dopage d'Etat de toute l'histoire depuis la chute de la RDA. Un programme piloté par le gouvernement russe et les services secrets. Les preuves étaient accablantes et finalement la décision du CIO laisse ce système impuni ", a poursuivi l'ancienne ministre des Sports.

Le CIO a décidé de laisser chaque fédération sportive internationale décider elle-même si elle autorise les athlètes russes à participer ou non aux JO. "A 11 jours des Jeux, ça sera des décisions très différentes en fonction des sports ", craint Valérie Fourneyron. Elle a rappelé que dans le rapport McLaren qui dénonce la tricherie, c'est "21 disciplines d'été qui sont concernées par ce vaste système de dopage en Russie ".

"Il ne faut rien lâcher"

Pour autant, les athlètes russes devront remplir des conditions pour participer aux Jeux olympiques à Rio. Ils devront montrer des contrôles antidopage négatifs réalisés hors de la Russie. Une décision saluée par Valérie Fourneyron: "Les athlètes auront à prouver pour la première fois leur présomption d'innocence ". 

Selon elle, "la suspicion est mortifère donc ce dossier va énormément peser " sur les Jeux de Rio. "On a besoin de poursuivre sans relâche cette lutte antidopage. A chaque fois qu'on lève l'Omerta, on progresse. "

"Il ne faut ne jamais rien lâcher à la fois sur la recherche, sur les enquêtes, sur le travail avec les mouvements sportifs. Ce sont tous les partenaires du sport, les gouvernements comme les fédérations internationales comme le CIO et les comités olympiques qui feront la réussite de la lutte antidopage. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.