Tour de France : une sécurité renforcée

Moins de public cette année, mais une sécurité renforcée. Les journalistes de France 2 ont suivi une équipe de la brigade cynophile et les motards de la Garde républicaine sur la Grande Boucle. 

France 2

Avec son uniforme et son chien de berger, le Maréchal des logis-chef Rémi détonne dans l’atmosphère joyeuse et colorée du public du Tour de France. Qu'importe. Covid ou non, il faut assurer la sécurité. "À partir du moment où le comportement [du chien] va changer, je dois être attentif, parce que ça veut dire qu’elle a capté une odeur. Le kamikaze peut se dissimuler partout." En appui, un groupe d’intervention de 20 gendarmes est mobilisé, prêt à intervenir à tout moment. Le Tour de France reste cette année une cible potentielle des attaques, et la mission, sensible, nécessite une vigilance accrue. 

 

La Garde républicaine balise le Tour

 

Pendant 3 semaines, 20 000 policiers et gendarmes sécurisent les routes. La mission de la Garde républicaine ? Protéger le peloton. Elle note les difficultés du parcours avant le départ. Ici, un passage à niveau, là, des spectateurs un peu trop turbulents. "Il y a toujours de la tension avec le Tour de France, c’est le monde. […] Il y a des communes où il y a peu de monde et d’un seul coup on se retrouve avec une foule très importante", explique l’adjudant-chef Smague. Moins d’angoisse toutefois cette année pour la Garde républicaine : avec les mesures sanitaires, l’accès aux principales ascensions a été restreint. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Tour de France : une sécurité renforcée
Tour de France : une sécurité renforcée (FRANCEINFO)