Mondiaux de cyclisme : Pauline Ferrand-Prévot, l'extraterrestre tout-terrain

A 31 ans, la Rémoise s'est alignée sur deux courses à Glasgow et reviendra avec deux nouveaux sacres en VTT.
Article rédigé par Adrien Hémard-Dohain, franceinfo: sport - De notre envoyé spécial
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 5 min
Pauline Ferrand-Prévôt sur le podium des championnats du monde de cross-country, le 12 août 2023. (MAXPPP)

“J'espère qu'ils ont du vrai champagne, sinon je ne roule pas”. A peine sacrée championne du monde de short track jeudi, Pauline Ferrand-Prévot taquinait son staff, avant le cross-country de samedi 12 août. Une course sur laquelle la Française remettait – là aussi – son titre en jeu, ce qui l'empêchait de fêter pleinement sa première médaille d'or des Mondiaux avec un breuvage bien de chez elle. Car si elle semble venir d'une autre planète, Pauline Ferrand-Prévot est bien née sur Terre, à Reims.

Le staff de l'équipe de France de VTT avait bien fait de mettre des bulles au frais. Cette dernière a été une nouvelle fois au rendez-vous, avec un cinquième sacre mondial sur la distance olympique (son 15e toutes disciplines confondues). 

Du jamais-vu dans le cyclisme féminin

A 31 ans, Pauline Ferrand-Prévot vieillit mieux que le bon vin. C'est en terre de whisky, dans le sud de l'Ecosse, qu'elle s'est offert un nouveau millésime. L'énorme pancarte au-dessus de sa tête ne l'a pas empêchée de conserver ses deux maillots arc-en-ciel, le tout sans jamais être inquiétée. "C'est vraiment cool, je vais garder la même garde-robe une année de plus", en a-t-elle plaisanté sur le coup.

Revivez la cérémonie protocolaire du VTT féminin format olympique avec la remise du maillot arc-en-ciel et de la médaille d'or à Pauline Ferrand-Prévot ainsi que l'argent à Loana Lecomte.
VTT (F) : une nouvelle Marseillaise et un nouveau maillot irisé pour Pauline Ferrand-Prévot Revivez la cérémonie protocolaire du VTT féminin format olympique avec la remise du maillot arc-en-ciel et de la médaille d'or à Pauline Ferrand-Prévot ainsi que l'argent à Loana Lecomte.

Il faut dire que la tunique irisée est devenue une seconde peau pour celle qui a été championne du monde 15 fois depuis 2014, dont 12 en individuel, et ce dans plusieurs disciplines : sur route (2014), en cyclo-cross (2015), en VTT cross-country (2015, 2019, 2020, 2022, 2023), short track (2022, 2023), et relais mixte (2014, 2015, 2016), en gravel (2022) et enfin en VTT marathon (2022). C'est simple : aucune femme n'a remporté autant de maillots de championne du monde. “C'est toujours spécial, surtout quand on défend son titre", apprécie la Française.

"Je ne les range pas. Je ne sais pas où je les mets. J'en donne aussi. Il ne faut peut-être pas le dire…(rires). Le maillot, c'est symbolique, mais ce que je garde, ce sont surtout les souvenirs dans ma tête.”

Pauline Ferrand-Prévot

à franceinfo: sport

Cet énième titre est aussi celui d'un record : Pauline Ferrand-Prévot est devenue la première femme quintuple championne du monde de VTT cross-country. Ce qui ne peut que valider sa décision, annoncée en décembre 2019, de ne plus partager son emploi du temps avec la route. La naissance du Tour de France femmes n'a rien changé, même si on pourrait presque regretter de ne pas voir la championne revenir frotter dans le peloton.

"J'ai juste envie de faire ce que j'aime. C'est un métier mais surtout une raison de vivre pour moi. C'est assez bizarre comme sensation.”

Pauline Ferrand-Prévot

à franceinfo: sport

D'autant plus que, cette année, "PFP" a tout changé autour d'elle, en rejoignant l'écurie britannique Ineos-Grenadiers. Ce qui lui a plutôt réussi. "En janvier, je n'avais pas de vélo. En trois mois, on a fait deux vélos qui marchent très bien. C'est un travail d'équipe. Je me sens vraiment comprise", apprécie la Tricolore. "J'ai un set-up d'équipe professionnelle sur route, et pas n'importe laquelle, pour faire la discipline que je préfère : que rêver de mieux ?"

La tête froide pour les JO

A ses jambes et sa nouvelle équipe, Pauline Ferrand-Prévot ajoute une autre force : rouler avec une rivale qui se trouve être sa compatriote, et son amie : Loana Lecomte (24 ans, médaillée d'argent). "Loana, c'est une athlète et une nana incroyable. On a essayé de nous monter l'une contre l'autre, mais on s'entend très bien. Si on travaille ensemble, on ne peut qu'être meilleures. On se ressemble beaucoup, on adore passer du temps ensemble. Et puis je ne suis pas éternelle, j'espère que Loana prendra la relève bientôt", a tenu à préciser Pauline Ferrand-Prévot, qui reste toutefois lucide : "On reste rivales, il n'y aura qu'une médaille d'or à Paris".

Cette rivalité saine, entre deux femmes qui se côtoient aussi loin des vélos, pousse encore un peu plus la monstre de travail qu'est Pauline Ferrand-Prévot :"Je n'ai pas forcément besoin de beaucoup courir pour me mettre à fond parce que j'arrive à encaisser des entraînements durs". D'après son coach Yvan Clolus, c'est cette force physique qui lui permet d'asseoir une telle domination : "Elle n'est pas une pilote de VTT incroyable. Aujourd'hui, il y a des choses qu'elle ne passe pas sur le circuit, que des juniors passent, mais ce n'est pas un problème. C'est une athlète incroyable. Il n'y a pas de note de style en VTT, mais un temps à l'arrivée. Pauline fait avec ses armes."

Revivez les meilleurs moments de la course féminine de VTT des Championnats du monde de cyclisme de Glasgow (Ecosse).
VTT (F) : le résumé du doublé Pauline Ferrand-Prévot - Loana Lecomte Revivez les meilleurs moments de la course féminine de VTT des Championnats du monde de cyclisme de Glasgow (Ecosse).

La Marnaise n'a rien perdu du punch dont elle a usé des années sur la route. Sur son vélo semi-rigide, plus léger car sans suspension arrière, PFP a escaladé chaque bosse à fond, samedi, avant de récupérer en descente, là où son pilotage n'est pas sa force. Une stratégie adaptée qui a porté ses fruits.

Pauline Ferrand-Prévot est sans aucun doute une des têtes d'affiche les plus attendues aux JO de Paris, mais veut garder le sang-froid et la tête sur les épaules après son doublé retentissant : "C'est une étape [franchie] dans cette quête d'or olympique, mais ce n'est pas parce que je suis championne du monde aujourd'hui que je serai championne olympique dans un an". Pour aller chercher le seul titre qui manque à son palmarès XXL, Pauline Ferrand-Prévot connaît les ingrédients et la recette. Le rendez-vous est déjà pris sur la colline d'Elancourt, le 28 juillet 2024.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.