Mondiaux de cyclisme : intraitable, Pauline Ferrand-Prévot conserve son titre de championne du monde en VTT short track

La Rémoise a conservé son titre, jeudi, sur la piste de Glentress Forest, en Ecosse.
Article rédigé par Adrien Hémard-Dohain, franceinfo: sport - De notre envoyé spécial
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Pauline Ferrand-Prévot lève les bras après son titre sur l'épreuve de VTT short track aux Mondiaux de cyclisme de Glasgow, le 10 août 2023. (FRANCETVSPORT)

Une extraterrestre. Favorite de l'épreuve de VTT cross-country short track, jeudi 10 août, Pauline Ferrand-Prévot a assumé son statut de championne du monde en titre. Toujours bien placée, la Rémoise a assommé la concurrence en une seule attaque, tranchante, dans la dernière ascension.

Grande favorite avant la course Short Track, Pauline Ferrand-Prévot conserve son titre dans la discipline et remporte son 11e titre mondial en VTT.  Placée dans le groupe de tête tout le long des 9 premiers tours, la Rémoise a attaqué au début du 10e et dernier tour et a déposé tout le monde pour finir en solitaire et avec le sourire. Elle devance Puck Pieterse (PB) et Evie Richards (GB).
VTT Short Track (F) : Pauline Ferrand-Prévot conserve son titre Grande favorite avant la course Short Track, Pauline Ferrand-Prévot conserve son titre dans la discipline et remporte son 11e titre mondial en VTT.  Placée dans le groupe de tête tout le long des 9 premiers tours, la Rémoise a attaqué au début du 10e et dernier tour et a déposé tout le monde pour finir en solitaire et avec le sourire. Elle devance Puck Pieterse (PB) et Evie Richards (GB).

Sa principale rivale, la jeune pépite néerlandaise Puck Pieterse n'a rien pu faire et se contente de l'argent, devant la Britannique Evie Richards. Il s'agit déjà du quatorzième titre mondial pour la coureuse de 31 ans, définition même de la polyvalence car déjà sacrée en route, cyclo-cross, cross-country, VTT marathon et gravel. 

Deuxième acte samedi

"C'est trop bien ! Cela a été assez long comme journée, avec cette attente du départ alors que j'étais levée depuis tôt ce matin. On n'avait jamais couru sur ce circuit, donc je ne savais pas comment ça allait se passer", a avoué la Française, à peine descendue de son vélo et auréolée d'un nouveau titre mondial. Mais dans cette course nerveuse, rythmée par les coups de boutoir de ses poursuivantes Eivie Richards et Puck Pieterse, Pauline Ferrand-Prévot n'a jamais perdu son sang-froid, avant l'attaque décisive.

"J'ai essayé de courir intelligemment. Je savais que ça roulerait très rapidement et que ça ne servait à rien d'attaquer à trois tours de l'arrivée. J'ai attendu le dernier moment", a expliqué la Française, "En ce moment, ça va plutôt bien, mes attaques sont assez tranchantes". Plutôt, effectivement, puisque la Champenoise n'a eu besoin que d'une seule accélération dans la dernière ascension pour sabrer ce qu'il restait du groupe de tête, et s'envoler vers le titre.

Un peu plus tôt, à mi-course, Pauline Ferrand-Prévot avait aussi été miraculeuse de réactivité pour éviter la chute, alors que la Suisse Sina Frei était partie au sol juste devant elle. Mais la Française était en mission pour conserver son arc-en-ciel et ramener un quatorzième maillot de championne du monde à la maison. Même si elle avoue, dans un éclat de rire, ne "pas être sûre de savoir où sont rangés les treize autres. Ce qui compte, ce sont les souvenirs"

Fraîchement championne du monde de VTT Short Track, Pauline Ferrand-Prévot revient sur la course qui l'a menée à son onzième titre en VTT. Elle évoque notamment son attaque explosive dans le dernier tour.
VTT Short Track (F) - Pauline Ferrand-Prévot : "J'ai fait au feeling et à l'instinct" Fraîchement championne du monde de VTT Short Track, Pauline Ferrand-Prévot revient sur la course qui l'a menée à son onzième titre en VTT. Elle évoque notamment son attaque explosive dans le dernier tour.

En parlant de souvenir, un nouveau vient de s'ajouter à la précieuse collection de la Française qui, avant de fêter cela, était pressée d'aller faire sa demi-heure de récupération. Car samedi, Pauline Ferrand-Prévot a un autre titre à défendre : "Je suis très contente ! Maintenant, il va falloir récupérer avant samedi, le circuit devrait être super intéressant. Et, à choisir, c'est le cross-country olympique que je veux gagner". La concurrence est prévenue : la Cannibale a encore les crocs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.