Thibaut Pinot (Groupama - FDJ) renonce au Tour d'Italie

Toujours gêné par son dos, le Français Thibaut Pinot fait une croix sur son objectif principal de la saison, le Tour d'Italie.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (MARCO BERTORELLO / POOL)

Thibaut Pinot, toujours en proie à des douleurs au dos, a renoncé à participer au Tour d'Italie (du 8 au 30 mai), son objectif principal de la saison 2021 où il a choisi de faire l'impasse sur le Tour de France, a annoncé ce samedi 24 avril son équipe Groupama-FDJ.

"Je ne peux pas me cacher : je ne suis pas en condition pour briller sur le Giro. Je souffrirais inutilement et je ne serais pas en mesure d'aider l'équipe. Ce n'est même pas une question de forme, mais les douleurs au dos m'empêchent d'être performant", a expliqué Pinot (30 ans) dans le communiqué de son équipe, qui a précisé "qu'aucune date de reprise de la compétition n'(était) arrêtée et aucun objectif sportif n'(était) encore défini".

Depuis sa chute lors de la première étape du Tour de France 2020, Thibaut Pinot a du mal à revenir à son meilleur niveau. Le coureur de la Groupama-FDJ était en retrait depuis le début de la saison en raison de ses douleurs au dos. Il l'avait dit, le Tour des Alpes représentait un véritable test mais là encore les résultats n'ont pas été probants. Incapable de concurrencer les meilleurs, le Franc-Comtois a confirmé que ses douleurs étaient trop intenses : "plus les kilomètres passent et plus la douleur augmente et à un moment, j’ai trop mal pour forcer".

Renoncer au Giro est "un crève-cœur" pour le cycliste de 30 ans mais il ne désespère pas quant à la suite de sa carrière : "Je veux me soigner, laisser ces problèmes de dos derrière moi pour retrouver mon niveau, et me battre avec les meilleurs" a-t-il conclu. Jacky Maillot, médecin de la Groupama-FDJ est clair : "l'inflammation sacro-iliaque, consécutive à sa chute sur le dernier Tour de France l’empêche toujours de se mettre à très haute intensité malgré tous les traitements reçus". Il indique néanmoins que "des investigations complémentaires auprès de nouveaux spécialistes dans ce domaine sont programmées pour la semaine prochaine."

Avec AFP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.