Giro 2022 : la revanche inattendue de Jai Hindley, nouveau vainqueur du Tour d'Italie

Après avoir renversé Richard Carapaz lors de la 20e étape, l'Australien a gardé son maillot rose de leader dimanche, lors du contre-la-montre final à Vérone.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Jai Hindley lors de la cérémonie fêtant sa victoire sur le Giro, à Vérone, le 29 mai 2022. (LUCA BETTINI / AFP)

Le vainqueur du Giro 2022 est Australien, une première. Jai Hindley a remporté le classement général du 105e Tour d'Italie dimanche 29 mai. Au lendemain de sa prise de pouvoir, le grimpeur de 26 ans n'a pas flanché dans le contre-la-montre final et son couronnement a été entériné à Vérone, un peu à la surprise générale.

Trois semaines en arrière, personne n'aurait parié qu'il soulève le trophée, pas même son équipe. Chez la Bora-Hansgrohe, le dossard se terminant par le chiffre 1, désignant en règle général le leader, avait été confié à Wilco Kelderman (n°61). Il n'était même pas forcément la deuxième option puisque l'habituel leader Emanuel Buchmann, et ses huit grands tours déjà bouclés, offrait plus de garanties.

Une belle revanche sur 2020

Lui-même n'en revenait pas dimanche, lorsqu'il a gravi la Marmolada, le juge de paix de ce Tour d'Italie, en mettant 1'28" de moins que le champion olympique Richard Carapaz. "Je ne m'attendais pas à ce que j'aie autant d'avance. Carapaz est un super coureur. Je ne savais pas comment il se sentait. Je savais que je devais tenter quelque chose. C'est un rêve devenu réalité. Ca me fait vraiment quelque chose de retrouver le maillot rose", réagissait-il en zone mixte à l'arrivée.

La surprise n'était pas feinte et même s'il tempérait ses ardeurs, à la veille de la 21e et dernière étape, le relâchement sur son visage faisait bien comprendre que le plus dur était fait. Le fait qu'il ne masquait même pas son sourire était d'autant plus frappant qu'il y a deux ans, le graal lui avait filé entre les doigts le dernier jour, alors qu'il venait de récupérer le maillot rose. En 2020, Jai Hindley avait dû se contenter de la deuxième place, frustré par le Britannique Tao Geoghegan Hart à Milan.

Si l'alignement des événements pouvait effrayer les plus superstitieux, le risque d'un nouvel échec si près du but était bien moindre cette année parce que la marge d'avance n'était pas la même. En 2020, il était dans le même temps que son principal adversaire, meilleur que lui en chrono. En 2022, sa minute vingt-huit d'avance lui a offert le droit de gérer son effort.

Objectifs : constance et Tour de France 

Mais pour bien montrer qu'il avait retenu la cruelle leçon d'il y a deux ans, celui qui se décrit lui-même comme "un obstiné" a réalisé la meilleure performance de sa carrière en contre-la-montre dimanche, terminant 15e à seulement quatre secondes de Richard Carapaz. "Je n'allais pas laisser 2020 se reproduire. Je me suis senti bien sur le vélo et je savais que j'étais parti pour une bonne course. J'ai pris des précautions dans la descente, puis j'ai tout donné jusqu'à la ligne d'arrivée. C'est un sentiment incroyable", a déclaré Hindley à Cyclingnews à Vérone.

Pour le discret grimpeur, aposer son nom au palmarès du Tour d'Italie ne marque pas que le franchissement d'un énorme cap. La saveur est particulière pour le coureur qui vit en Italie, à Pescara, depuis ses 18 ans, à plus de 13 000km de Perth, sa ville d'origine. Le sort est conjuré et les galères de la saison 2021, contrariée par les blessures et les contre-performances, sont désormais derrière. Reste à savoir quelle sera la prochaine étape pour l'Australien, qui n'a jamais encore participé au Tour de France. Après n'avoir pointé le bout de son nez que sur le Tour de Pologne et le Tour d'Italie, il s'agira d'abord de trouver la constance.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Giro 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.