Cyclisme : trois questions sur l'accident de Christopher Froome, forfait pour le Tour de France

Christopher Froome ne prendra pas le départ du Tour de France 2019, après sa chute survenue mercredi, sur le Critérium du Dauphiné.

Transfert de Christopher Froome au centre hospitalier de Roanne, le 12 juin.
Transfert de Christopher Froome au centre hospitalier de Roanne, le 12 juin. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Coup de tonnerre dans le monde du cyclisme, le Tour de France 2019 partira sans Christopher Froome. Le Britannique, quadruple vainqueur de l'épreuve, a lourdement chuté, mercredi 12 juin, juste avant le départ de la 4e étape du Critérium du Dauphiné. Il est dans "un état très grave" et ne sera pas au départ à Bruxelles, le 6 juillet.

Que s'est-il passé ?

Mercredi 12 juin, en préparation du contre-la-montre de Roanne, 4e étape du Critérium du Dauphiné, Christopher Froome a chuté à 60 km/h au 11e kilomètre dans une descente, sur la départementale 51 à Saint-André-d'Apchon. "Il roulait très vite, explique le manager de l'équipe Ineos, Dave Brailsford. Il y avait beaucoup de vent, il a lâché le guidon et il a utilisé sa main pour se moucher. Le vent a alors pris la roue de devant et il est rentré dans un mur. C'est un accident très grave."

Dave Brailsford précise que Christopher Froome a eu "du mal à parler" dans les minutes qui ont suivi l'accident. Bilan : fracture d'un fémur, coude droit cassé et plusieurs côtes brisées. Le Britannique a été soigné sur place, d'abord par le service médical de l'organisation (ASO), puis par les pompiers et le Samu. Il a été dirigé ensuite vers l'hôpital de Roanne avant d'être transporté par voie aérienne vers l'hôpital de Saint-Etienne, où il a été opéré dans la soirée de mercredi. La nouvelle a provoqué une certaine émotion parmi les coureurs et suiveurs du Dauphiné. Le directeur du Tour, Christian Prudhomme, lui a déjà souhaité le meilleur rétablissement possible.

Qui  profitera de son absence ?

"Christopher Froome, c'est le personnage central au départ du Tour de France depuis une demi-douzaine d'années, qui a gagné quatre fois et qui visait une cinquième victoire au sein de l'équipe Ineos qui a succédé à Sky", explique Christian Prudhomme. Autant dire que son forfait redistribue les cartes.

L'équipe Ineos comptait jusque-là trois leaders : Christopher Froome, quadruple vainqueur du Tour, Geraint Thomas, vainqueur l'an dernier, et le jeune colombien Egan Bernal, 22 ans, lauréat du Paris-Nice. D'éventuelles mésententes pendant la course auraient pu favoriser leurs rivaux, comme l'Italien Vicenzo Nibali, le Néerlandais Tom Dumoulin, le Colombien Nairo Quintana, ou encore les Français Romain Bardet et Thibaut Pinot.

Avec cette absence, il ne devrait pas y avoir de zizanie et l'équipe britannique va pouvoir désigner Geraint Thomas en leader, pour défendre son titre, soutenu par Egan Bernal. Un schéma plus classique, qui a souvent tourné à l'avantage de l'équipe de Dave Brailsford ces dernières années, sachant que les Français sont aussi handicapés par leurs mauvaises performances en contre-la-montre.

Pourra-t-il revenir et remporter un cinquième Tour ?

On ne peut être catégorique, mais cela risque d'être difficile. Troisième du classement l'année dernière, à l'issue d'une saison marquée par la polémique sur son contrôle anormal à la ventoline, Christopher Froome avait assisté impuissant au sacre de son coéquipier Geraint Thomas. Il aura l'année prochaine 35 ans, et le voir revenir au plus haut niveau n'est pas impossible. Mais à cet âge, ce sera plus compliqué, surtout face à son jeune coéquipier Egan Bernal, qui lui sera de plus en plus fort. Pas sûr de le voir un jour faire partie du club des quintuples vainqueurs.