Cet article date de plus de sept ans.

Equipe de France: Collet cherche la bonne peinture bleue

La Coupe du monde débute dans un mois et le secteur intérieur des Bleus reste le plus gros chantier de Vincent Collet. Au poste de pivot, Rudy Gobert devra confirmer sa belle prestation face à la Belgique lors du premier match de préparation. Le rôle de Joffrey Lauvergne, appelé à prendre plus de poids dans la raquette, dépend de l’éclosion du joueur des Jazz. Tout comme le parcours de l'équipe de France en Espagne.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

la relève d'Ajinça et de Séraphin, tous deux forfait. "Il faut qu’on ait des bonnes surprises, sinon il sera dur de remplir les objectifs", prévient Collet. match de préparation contre la Belgique (16 pts, 5 rbds), Gobert semble avoir entendu le message. "Ne pas voir revenir les joueurs d’une année sur l’autre est un peu frustrant mais on passe vite au dessus. Ils ont des raisons d’être absents et ceux qui sont là peuvent peuvent reprendre le flambeau", se convainc Rudy Nelhomme, entraîneur-adjoint. Encadrées par les vieux briscards Florent Piétrus et Boris Diaw, 354 sélections cumulées à eux deux, les grandes plantes bleues peuvent éclore au plus haut niveau. Et en cas de crise de croissance, les Bleus ont un sérieux plan B avec Lauvergne. Rebondeur solide, doté de belles mains et de jolis moves dos au panier, l’ancien chalonnais est capable de tenir la baraque au poste de pivot.

Lauvergne, la valeur refuge

En deux saisons au Partizan Belgrade, "le Boulanger" Premier élément écarté du groupe France lors de cette préparation, le Limougeaud suivra désormais les prouesses de son éphémère coéquipier de loin. Mais il n’est pas le seul à le couvrir de louanges. "J’ai beaucoup d’affinités avec Joffrey Lauvergne. Il se bat sur tous les ballons et sait écouter, reconnaît Piétrus. C’est un futur grand joueur. Entre nous, il y a une connection".

Une relation privilégiée que l’ancien Palois regrette de ne pas partager avec d’autres. "Chaque été ce sont des joueurs différents donc il faut recréer des automatismes. C’est du temps gâché mais l’intégration se passe bien". Nelhomme, aux côtés de Vincent Collet depuis 2010, abonde dans le sens de son ailier-fort. "On est obligé de reprendre les basiques afin de créer un équilibre d’équipe. Mais les joueurs présents sont capables de s’adapter rapidement". Ces dernières années, Séraphin, Ajinça et Lauvergne en ont apporté la preuve éclatante. De la capacité de Gobert à suivre leur voie dépend le parcours des Bleus en Espagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de basket

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.