La Russie "prête" à discuter avec Washington d'un échange de prisonniers impliquant la basketteuse Brittney Griner

La basketteuse américaine a été condamnée, jeudi, à neuf ans de prison pour possession et trafic de drogue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La star américaine de basket Brittney Griner attend le verdict de son procès dans le tribunal de Khimki, en Riussie, le 4 août 2022. (EVGENIA NOVOZHENINA / AP)

L'affaire judiciaire se poursuit. Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a indiqué vendredi 5 août que Moscou était disposé à discuter avec Washington d'un échange de prisonniers impliquant la basketteuse Brittney Griner, condamnée jeudi à 9 ans de prison pour possession et trafic de drogue.

"Nous sommes prêts à discuter de ce sujet, mais seulement dans le cadre du canal [de communication] qui a été convenu par les présidents [Vladimir] Poutine et [Joe] Biden", a indiqué Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse depuis le Cambodge. "Il y a un canal spécial, qui est convenu par les présidents, et malgré certaines déclarations publiques, ce canal conserve toute son actualité", a-t-il poursuivi.

Le tribunal de Khimki, près de Moscou, a reconnu la star de la sélection des Etats-Unis coupable de possession et de trafic de drogue, jeudi 4 août, et l'a condamnée "à neuf ans de détention dans une colonie pénitentiaire", selon la sanction prononcée par la juge et rapportée par une correspondante de l'AFP.

Une offre pour sa libération

En marque de soutien, les joueuses de Phoenix, l'équipe de Brittney Griner, et de Connecticut ont observé 42 secondes de silence, comme le numéro de maillot de la joueuse, avant leur match de championnat WNBA, dans la nuit de jeudi à vendredi

En plein conflit en Ukraine, le procès de Griner a pris une dimension géopolitique. La semaine dernière, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et son homologue Sergueï Lavrov ont eu leurs premières discussions depuis le début de l'offensive de Moscou en Ukraine. Antony Blinken a indiqué avoir pressé son homologue d'accepter l'"offre conséquente" de Washington à Moscou pour obtenir la libération de Griner et d'un autre Américain détenu en Russie, Paul Whelan, qui purge une peine de 16 ans de prison pour espionnage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Basket

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.