Comme Romain Grosjean, quatre pilotes français ont déjà tenté l'IndyCar

Romain Grosjean a annoncé, ce mercredi, qu’il courra en IndyCar, le championnat nord-américain de monoplaces, en 2021. Il rejoint l’écurie Dale Coyne Racing, où sont déjà passés les Français Sébastien Bourdais et Tristan Vautier. Il retrouvera également en piste Simon Pagenaud, le Français qui a rencontré le plus de succès en IndyCar. Portraits de pilotes tricolores, qui ont tenté leur chance outre-Atlantique.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Simon Pagenaud, champion d'IndyCar en 2016 et vainqueur à Indianapolis en 2019 (CHRIS GRAYTHEN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

• Simon Pagenaud, le premier « Frenchy » champion d’IndyCar

Simon Pagenaud découvre l’IndyCar en 2012, et brille dès sa première année, en montant à 4 reprises sur le podium et en étant désigné meilleur "rookie". La saison suivante, il remporte sa première victoire au Grand Prix automobile de Detroit. En 2015, il intègre le Team Penske, l’une des écuries les plus prestigieuses de la discipline, pour laquelle il court toujours. Après une saison compliquée, il devient le premier Français champion d’IndyCar, en 2016, puis il est vice-champion l’année suivante. En 2019, le pilote poitevin est aussi le premier Français à s’imposer sur le Speedway des mythiques 500 miles d’Indianapolis depuis Gaston Chevrolet, en 1920.

• Sébastien Bourdais, de la Formule 1, à l’IndyCar

En rejoignant l’IndyCar et l’écurie Dale Coyne Racing, Romain Grosjean va suivre les pas de Sébastien Bourdais. Le pilote manceau, passé par l’écurie Toro Rosso en F1 en 2008 et 2009, a débuté en IndyCar en 2011 au sein de la future écurie de Grosjean. Avant cela, entre 2004 et 2007, Bourdais avait été quatre fois champion de Champ Car, un championnat américain de monoplaces concurrent de l’IndyCar. Depuis 2011, il compte six victoires, dont une à St. Petersburg, en Floride, en 2017, où il avait devancé Simon Pagenaud, offrant un doublé inédit et historique à la France. La même année, Bourdais était victime d’un violent accident lors des qualifications des 500 miles d’Indianapolis. Souffrant de multiples fractures, il avait alors était contraint de déclarer forfait pour plusieurs courses. Sans volant de titulaire, il n’a disputé que quelques courses en 2020, mais pilotera une monoplace de l’écurie A.J. Foyt Racing en 2021. En parallèle, il participe également à l’ISMA, le championnat nord-américain d’endurance.

Voir le post sur Instagram

• Tristan Vautier, une ascension jusqu’à l’IndyCar

Après des passages en Formule Renault, Tristan Vautier décide de tenter sa chance aux Etats-Unis, en 2010, en championnat Star Mazda, l’équivalent américain de la Formule 3. Ses bons résultats lui permettent d’accéder à l’Indy Lights, l’antichambre de l’IndyCar. Il est sacré champion dans cette catégorie, et rejoint l’élite l’année suivante. En 2013, Vautier prend la 20e position au classement des pilotes d’IndyCar, et est désigné meilleur "rookie". Il n’est cependant jamais parvenu à monter sur le podium, son meilleur résultat étant une quatrième place à Détroit, en 2015. En 2017, sans volant, il revient néanmoins en tant que remplaçant lors du Grand Prix du Texas. Alors qu’il a mené la course durant 15 tours, un crash l’oblige à abandonner. Il est maintenant engagé en ISMA avec ses compatriotes et co-équipiers Loïc Duval et Sébastien Bourdais.

• Stéphan Grégoire, fan des 500 miles d'Indianapolis

Stéphan Grégoire est un concurrent régulier de l’Indy Racing League, ancien nom de l’IndyCar, de 1996 à 2001. Il compte un podium, avec une deuxième place sur l’ovale de Pikes Peak, dans le Colorado, en 1997. Grégoire a participé à sept reprises aux 500 miles d’Indianapolis, où il a atteint la huitième place, son meilleur résultat, en 2000.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.