500 miles d'Indianapolis 2021 : Romain Grosjean absent, Simon Pagenaud et Sébastien Bourdais en fond de grille... 5 choses à savoir sur la 105e édition

La 105e édition des 500 miles d'Indianapolis se déroule dimanche devant 135 000 spectateurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Scott Dixon (Chip Ganassi) partira en pole position des 500 miles d'Indianapolis pour la 4e fois de sa carrière. (MICHAEL CONROY/AP/SIPA / SIPA)

Scott Dixon s'élancera dimanche 30 mai (à 17h heure française) de la pole position des 500 miles d'Indianapolis. Côté français, Simon Pagenaud et Sébastien Bourdais ne semblent pas en mesure de briguer la victoire dans cette 105e édition qui sera placée sous le signe de la reprise avec 135 000 spectateurs présents dans les tribunes. Romain Grosjean a renoncé à la course.

105e édition avec 135 000 spectateurs

Une semaine après le Grand Prix de Monaco en F1, place à un deuxième temps fort de la saison en sport automobile avec les 500 miles d’Indianapolis. La grande classique de l’IndyCar retrouve sa date historique du dernier dimanche de mai, la précédente édition ayant été disputée le 23 août dernier à huis clos en raison de la pandémie de Covid-19. Le public aussi fait son retour en masse sur le célèbre ovale avec une jauge de 135 000 spectateurs autorisée, sur 400 000 places disponibles, ce qui laisse rêveur.

4e pole position pour Scott Dixon

Il maîtrise l’exercice des quatre tours lancés à la perfection. Pour la quatrième fois de sa carrière, Scott Dixon (Chip Ganassi) a été le plus rapide des qualifications de l’Indy 500. Le leader du championnat a roulé à la moyenne de 231.685 Mph soit 371.758 km/h. Le record est toujours la propriété d’Arie Luyendyk avec une moyenne de 382,216 km/h en 1996. Voilà le Néo-Zélandais à deux unités de Rick Mears, sextuple poleman dans l’Indiana. A 40 ans, Dixon brigue un deuxième succès après celui de 2008 où il avait déjà réalisé la pole. Dans l’histoire de l’Indy 500, ils sont 22 à avoir gagné la course en partant de la position de pointe. L'Américain Colton Herta (Andretti) et le Néerlandais Rinus VeeKay (Ed Carpenter Racing) complètent la première ligne tandis que le tenant du titre Takuma Sato s’élancera de la 15e position.

Pagenaud et Bourdais en fond de grille

Les 500 miles sont un sprint de plus de trois heures où la position au départ n’est pas déterminante. Ce doit être la seule chose rassurante pour Simon Pagenaud (Penske), vainqueur de l'épreuve en 2019, et Sébastien Bourdais (AJ Foyt), respectivement 26e et 27e à l’issue des qualifications. Les deux Français payent le déficit de puissance de leur moteur Chevrolet, laminé par le concurrent Honda qui a équipé sept pilotes du Fast Neuf, la "Q3" de l’Indy 500 où les plus rapides des premières journées d’essais se sont disputés la pole. Pagenaud et Bourdais devront gérer le trafic et se méfier des accidents récurrents en milieu de peloton qui ruinent les espoirs de nombreux concurrents.

Le départ du GP d'Indianapolis avec Romain Grosjean le 15 mai 2021. (DARRON CUMMINGS/AP/SIPA / SIPA)

Simona de Silvestro seule qualifiée

Elle va se sentir seule lorsque le drapeau sera agité. Simona de Silvestro sera l’unique femme au départ de cette 105e édition à Indianapolis dimanche. La Suissesse n’est pas une inconnue sur cette course mythique puisque ce sera sa 6e participation. En 2014, à son premier Indy, elle avait terminé à la 14e place. Pour ce « one-shot » de la saison (elle n’est pas inscrite au championnat), De Silvestro est passée par un trou de souris en chipant la dernière position sur la grille, la 33e, à Charlie Kimball et RC Enerson, les deux éliminés des qualifs. Elle tentera de faire aussi bien que Danica Patrick, seule femme à avoir mené la course en 2005 et qui était montée sur la 3e marche du podium en 2009.

Pas de Romain Grosjean au départ

Ravi de son expérience en IndyCar après ses années de F1, Romain Grosjean a toutefois mis les courses en ovale de côté pour le moment à cause de leurs vitesses vertigineuses et leur caractère dangereux. Son accident à Sakhir (en F1, en novembre 2020) l’a tant refroidi qu’il lui est inconcevable de rouler dans l'Indiana ce week-end, même s'il est monté sur le podium (2e) du dernier GP d’Indianapolis le 15 mais dernier (mais sur le tracé intérieur à l'ovale). "Il ne faut jamais dire jamais", a indiqué à Canal+ Sport le Franco-suisse qui va commencer par mettre ses quatre roues sur l’anneau de Gateway fin août. C’est un ovale plus court (2 km) où la vitesse est entre 50 et 70 km/h plus lente qu’à Indy.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Romain Grosjean

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.