Formule 1 - GP de Grande-Bretagne : "Un week-end plus agréable" pour les pilotes avec la qualification au sprint

Les pilotes ont pour la plupart apprécié le nouveau format expérimenté au Grand Prix de Grande-Bretagne avec la qualification disputée au sprint.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Lewis Hamilton n'est pas parvenu à conserver sa première place sur la grille de départ à Silverstone, devant son public.  (XAVI BONILLA / XAVI BONILLA)

17 tours et 100 kilomètres pour tout donner et arracher la meilleure position possible pour le départ du Grand Prix… Expérimentée à Silverstone, samedi 17 juillet, la qualification au sprint a permis aux pilotes de courir sans calculer mais le format est aussi plus fatigant physiquement. 

Le Français Esteban Ocon, qui a gagné trois places au sprint, est apparu réjoui au micro de Canal + : "C’est différent comme exercice, il faut pousser très fort, il y a moins d’essence, donc les voitures vont très vite. Il y a moins à penser pour la gestion des pneus et de l’essence, et c’est plutôt sympa, j’aime bien". Un point de vue partagé par Charles Leclerc, qui finit quatrième et ne marque pas de points : "Je pense que je suis plus fatigué aujourd’hui en faisant 17 tours à fond qu’après un Grand Prix entier où il faut gérer ses pneus. Mais j’aime ça, parce que le vendredi j’ai plutôt l’habitude de m’embêter dans la voiture, donc avec la qualification hier, la course sprint aujourd’hui et la vraie course demain, ça donne du piment à chaque journée".

Gasly regrette le manque d'essais libres

Lewis Hamilton était parti en tête de cette course mais le Britannique s’est fait dépassé par Max Verstappen dès le départ. Malgré cette déception, le septuple champion du monde a apprécié ce nouveau format : "Je ne sais pas comment c’était à regarder pour les fans, mais hier c’était une journée amusante avec les qualifications pour le sprint. Je ne sais pas si c’était plus intéressant aujourd’hui, mais ça offre un week-end plus agréable".

Déçu également par sa performance, Pierre Gasly s’est quand à lui montré plus réservé. Sa voiture peine depuis le début du week-end, et le nouveau format offre moins de possibilités pour améliorer les monoplaces : "Depuis hier, on est arrêté et avec moins d’essais libres, on ne peut pas changer la voiture. C’était 17 tours à essayer de rester sur la piste plutôt qu’à attaquer".

Ce format de qualification sera à nouveau expérimenté au Grand Prix d’Italie à Monza (10-12 septembre) et à celui du Brésil à Interlagos (5-7 novembre), si ce dernier a lieu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lewis Hamilton

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.