Formule 1 : Red Bull en embuscade, Alpine en difficulté, Ferrari en progrès... Ce qu'il faut retenir après le premier Grand Prix de la saison

Le premier Grand Prix de la saison 2021 remporté par Lewis Hamilton, dimanche 28 mars à Bahreïn, a permis d'entrevoir les différents rapports de force qui vont animer le paddock de Formule 1. Alors que Mercedes a empoché la victoire, Red Bull semble plus que jamais en embuscade, Ferrari a corrigé une partie de ses défauts, alors qu'Alpine doit clairement en faire de même.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Lewis Hamilton a la lutte avec Max Verstappen au Grand Prix de Bahreïn, dimanche 28 mars. (FLORENT GOODEN / DPPI MEDIA)

Mercedes - Red Bull : l'écart s'est resserré

L’année passée, Max Verstappen était déjà l’un des seuls à avoir pu s’immiscer, par intermittence, dans la bagarre avec les flèches d’argent, à nouveau repeintes en noir cette saison. Mais après ce premier week-end, le Néerlandais a laissé croire que l’écart s’était resserré entre lui et les deux monoplaces de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas. Pourtant plus à l'aise en course, le jeune pilote a largement dominé l'ensemble des essais en amont du Grand Prix, en mettant même une claque de quatre dixièmes à Mercedes en qualification.

Sur la course de dimanche, il s’en est fallu de très peu pour qu'il prive la firme allemande de la victoire, elle qui n'en avait laissé échapper que quatre sur l’ensemble de la saison passée. Mais pour dépasser Hamilton en fin de Grand Prix, Verstappen est sorti des limites de la piste. Sous la menace éventuelle d'une sanction, le Néerlandais et son équipe ont rendu la position de leader au Britannique quelques instants plus tard, avant même que la direction de course ne s'en mêle. Sans cette trajectoire trop généreuse dans le quatrième virage, Verstappen aurait pu signer un week-end bahreïni de rêve.

Handicapé par un départ depuis la voie des stands après que sa monoplace ait calé lors du tour de formation, Sergio Perez n’a pas été en mesure de rejoindre Verstappen sur le podium. Pourtant, grâce à une superbe remontée, le Mexicain a pris une belle cinquième place au volant de sa nouvelle Red Bull. Il faudra également compter sur le vainqueur du Grand Prix de Sakhir l'an passé, pour venir se mêler à la lutte lorsqu’il aura pris ses marques dans cette monoplace.

Ferrari sur la voie du progrès

Ferrari sort d’une saison 2020 des plus cauchemardesques, sa pire depuis 1980, avec une sixième place au classement des constructeurs. Les monoplaces rouges pilotées à l’époque par Charles Leclerc et Sebastian Vettel souffraient alors d’un déficit de puissance moteur et de gros problèmes de conception aérodynamique. Même si la Scuderia n’est pas encore revenue au niveau qui devrait être le sien sur ce premier Grand Prix, elle semble avoir corrigé les défauts de l’année passée.

Pour la première fois depuis quatre courses et le Grand Prix de Turquie en novembre dernier, les deux monoplaces Ferrari ont réussi à intégrer le top 10, synonyme de points. Les efforts effectués cet hiver pour rattraper le déficit de puissance du moteur semblent payer sur la piste. Carlos Sainz, nouveau venu dans le baquet Ferrari, et Charles Leclerc, respectivement huitième et sixième à Bahreïn espèrent sans doute mieux à l’avenir mais doivent tout de même être rassurés par les performances de leurs monoplaces.

Alpine a encore des progrès à faire

Ex-écurie Renault désormais baptisée Alpine depuis cet hiver, l'équipe française n’a pas vécu le week-end qu’elle espérait en ouverture de la saison. La monoplace aux couleurs bleu-blanc-rouge, a montré quelques carences qui devront être corrigées pour venir se mêler à la lutte pour le podium. Après des qualifications décevantes, le Grand Prix l’a été tout autant voire plus.

Fernando Alonso était pourtant bien parti pour inscrire les premiers points de la saison d’Alpine. Le vétéran espagnol a montré qu’à 39 ans, on était encore bon pour s’écharper sur les circuits de Formule 1. Mais il a été touché par la malchance et un problème au niveau de ses freins arrières qui l'a contraint à abandonner. La monoplace française n’a pas non plus permis à Esteban Ocon (13e) de faire une belle remontée sur la course après sa 16e place sur la grille.

Le Normand était conscient des progrès qui devaient être fait pour venir jouer plus haut : "On a eu un gros fight avec Tsunoda (AlphaTauri) et quand on voit la vitesse à laquelle l’AlphaTauri peut prendre des courbes, c'est assez impressionnant. On a encore des choses à travailler." 

"Je pense qu’on a bien amélioré la voiture depuis les essais hivernaux. Il faut qu’on s’améliore (encore) mais je pense que l'équipe est dans la bonne direction" a expliqué Fernando Alonso. Avec un zéro pointé lors de la première course, Alpine a déjà grillé un joker en vue du classement des constructeurs. La saison risque d'être longue derrière McLaren, Aston Martin, AlphaTauri et Ferrari qui semblent déjà un ton au-dessus.

Destins bien différents pour les rookies

Si trois rookies sont présents cette saison en Formule 1, un seul semble être en mesure de pouvoir inscrire des points à chaque course. Yuki Tsunoda, tout jeune coéquipier de Pierre Gasly chez AlphaTauri, est le seul à posséder une monoplace compétitive qui devrait lui permettre de montrer son potentiel tout au long de la saison. Avec une neuvième place à Bahreïn, Tsunoda devient le premier pilote japonais à ouvrir son compteur de points, dès son tout premier Grand Prix en Formule 1. Un compteur qui devrait de s'accroitre au fur et à mesure que la saison avance.

Pour Nikita Mazepin et Mick Schumacher, les choses sont bien différentes. Coéquipiers chez Haas, ils possèdent, de loin, la monoplace la moins performante du plateau en raison notamment d'un manque criant de stabilité. Le second, fils de la légende Michael, a tout de même réussi à aller au bout de la course, bon dernier, et poursuit son apprentissage. 

Le Russe, fils d'un milliardaire sponsor officiel de l’équipe, n’a pas passé le premier tour et a montré tout au long du week-end, un grand manque d’expérience sur le plan du pilotage. On risque bien de voir très souvent le nom de ces deux jeunes pilotes, au fin fond du classement des Grand Prix cette saison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.