Cet article date de plus d'un an.

MotoGP : Quartararo en leader sous pression, Zarco toujours en quête de victoire... Le point sur la lutte intense au championnat

La MotoGP reprend ses droits ce week-end à Silverstone, avec notamment le champion du monde français Fabio Quartararo installé à la première place du championnat.

Article rédigé par franceinfo: sport - Alexandre Bouyé
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Le Français Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha) sur sa Yamaha YZR-M1, concourt aux côtés de l'Espagnol Aleix Espargaro (Aprilia Racing Team Gresini) sur sa Aprilia RS-GP, lors du Grand Prix des Pays-Bas, sur le circuit d'Assen, le 26 juin 2022. (GIGI SOLDANO / AFP)

Après six semaines de pause, la MotoGP reprend du service pour le Grand Prix de Grande-Bretagne, qui se déroule dimanche 7 août. Onze courses ont déjà été courues, et le cap de la mi-saison passée.

À neuf manches de l'épilogue de la saison, Fabio Quartararo (Yamaha) est toujours en tête du classement général avec 172 points, soit 21 unités devant Aleix Espargaro (Aprilia). Johann Zarco (Ducati) complète le podium à 58 longueurs de son compatriote. Entre le premier et le cinquième du championnat, seulement 67 points d'écart. Rien n'est donc fait dans ce championnat, puisqu'un pilote, s'il venait à remporter chacune des neuf épreuves jusqu'à la fin de la plus longue saison de l'histoire de la discipline (20 manches), marquerait un total de 225 points. 

Après cette longue interruption due à l'annulation du Grand Prix de Finlande, les pilotes doivent rapidement reprendre le rythme avec neuf courses prévues en seulement trois mois. Après Silverstone, ce sera l'Autriche le 21 août, San Marin, Aragon et le Japon en septembre, puis la Thaïlande, l'Australie et la Malaisie en octobre, avant, enfin, la conclusion à Valence le 6 novembre.

Quartararo, leader sous pression

Vainqueur de trois courses depuis le début de la saison (Portugal, Catalogne et Allemagne), le champion du monde en titre, Fabio Quartararo, occupe la place de leader. Le premier champion du monde français de l'histoire de la MotoGP est d'ailleurs le seul pilote Yamaha parmi les vingt premiers du championnat. À ses succès, il a ajouté trois deuxièmes places (Indonésie, Espagne et Italie). Star de son équipe à seulement 23 ans, le "Petit Prince" a déjà remporté 11 courses dans sa carrière. 

Sur le podium lors de six courses sur onze (et hors du Top 5 à seulement trois reprises), le Niçois possédait 34 points d'avance sur son premier poursuivant avant le GP des Pays-Bas, qu'il avait remporté en 2021. "El Diablo" y a alors goûté le bitumechutant à deux reprises avant d'être contraint d'abandonner pour la première fois de la saison. Un coup d'arrêt avant la pause estivale. Son avance a donc fondu, pour ne se monter désormais qu'à 21 points. Au même stade de la saison passé, le pilote disposait déjà de 181 points, soit neuf de plus qu'aujourd'hui.

Jugé coupable d'un contact aux Pays-Bas, il devra se soumettre en Angleterre à une pénalité "long lap" en empruntant un détour sur le circuit. Sans que cela l'effraie : "J'ai vraiment hâte d'être à Silverstone. Honnêtement, cette pénalité ne fait que me motiver à faire encore mieux".

Le pilote français Fabio Quartararo Fabio (Monster Energy Yamaha) après sa seconde chute lors du Grand Prix des Pays-Bas, sur le circuit d'Assen, 26 juin 2022. (GIGI SOLDANO / AFP)

Espargaro, le métronome en dauphin

Sur les talons du Français, l'Espagnol Aleix Espargaro, doté de 151 points, a fait preuve d'une énorme régularité depuis le début de la saison. Contrairement à Quartararo, le pilote ibère n'a pas abandonné une seule fois en 2022, et a marqué des points à chaque course. Vainqueur en Argentine du premier Grand Prix de sa carrière, troisième à quatre reprises d'affilée (Portugal, Espagne, France et Italie), et quatrième trois fois (Qatar, Allemagne et Pays-Bas), Espargaro n'a été sorti du Top 5 qu'à deux reprises (9e en Indonésie, 11e aux États-Unis). Au guidon de l'Aprilia, le pilote de 33 ans réalise pour le moment la meilleure saison de sa carrière, lui qui avait abandonné cinq fois en 2021, terminant 8e du général à 158 unités de Quartararo.

À Silverstone, il suffirait que le Français chute, comme il l'avait fait en 2019 sur ce circuit, et qu'Espargaro l'emporte pour que ce dernier se place en tête du général. L'année dernière, Quartararo s'était bien imposé à Silverstone, mais Espargaro y avait réalisé sa meilleure performance de l'année, finissant troisième. Toujours en 2021, la suite de la saison n'avait pas permis à Quartararo d'accrocher une seule victoire, mais deux deuxièmes places, alors que l'Espagnol n'avait pas fait le moindre podium et avait abandonné à deux reprises. Néanmoins, hormis les GP d'Aragon, de San Marin, et de Valence (l'Autriche était placée avant Silverstone), les quatre autres courses n'étaient pas au programme de la fin de saison. Aleix Espargaro attend particulièrement son circuit fétiche d'Aragon, à domicile.

Zarco, en embuscade et toujours en quête de victoire

L'autre Français, Johann Zarco, occupe la troisième place du championnat, à 37 points de l'Espagnol. Arrivé deux fois deuxième derrière Quartararo, au Portugal (où il est parti en pole) et en Allemagne, le "Professeur" a fini troisième en Indonésie et en Catalogne. Ses deux abandons (en Argentine et en Espagne) l'ont pénalisé dans la course au titre, alors que le Cannois reste sur une 13e place aux Pays-Bas, lors de la dernière course, son plus mauvais classement.

À 32 ans, Zarco court toujours après sa première victoire en MotoGP. Ses performances cette année laissent présager le meilleur, lui qui fait déjà mieux en deux saisons que lors de ses quatre premières dans l'élite. Le double champion du monde en catégorie Moto2 a même réussi la prouesse de finir la première moitié de saison au premier rang des pilotes Ducati, alors qu'il roule pour l'écurie satellite Pramac.

Bagnaia et Bastianini, la révolte italienne

Dans l'échappement du Cannois, l'Italien Francesco Bagnaia (106 points) et ses trois victoires cette saison (Espagne, Italie, Pays-Bas) ont faim de podium... Voire de victoire finale. À 66 points de Quartararo tout de même, le pilote Ducati veut instiller le doute chez son rival français. D'autant qu'en 2021, le Turinois avait mené sa machine à la victoire lors de quatre des sept dernières épreuves de la saison, pour finir dans la roue de Fabio Quartararo au championnat. Aux Pays-Bas, le Turinois a eu un "feeling parfait". Avant la première des neuf courses restantes au calendrier, "il sera important de partir sur de bonnes bases et de ne plus faire d'erreurs", a souligné "Pecco", sorti sur abandon quatre fois déjà en 2022.

La fin de saison sera donc particulièrement mouvementée, d'autant qu'un autre Italien de Ducati n'est pas loin derrière Bagnaia. Enea Bastianini, 24 ans et des faux airs de Valentino Rossi, n'a qu'une unité de retard sur son compatriote. 5e avec 105 points et auteur des trois premières victoires en carrière (Doha, Austin et Le Mans), il fait peser une sérieuse menace sur le podium.

Calendrier de la fin de saison en MotoGP

7 août : Grand Prix de Grande-Bretagne

21 août : Grand Prix d'Autriche

4 septembre : Grand Prix de Saint-Marin

18 septembre : Grand Prix d'Aragon

25 septembre : Grand Prix du Japon 

2 octobre : Grand Prix de Thaïlande

16 octobre : Grand Prix d'Australie

23 octobre : Grand Prix de Malaisie

6 novembre : Grand Prix de Valence

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.