Cet article date de plus de huit ans.

Procès Pistorius : un témoin clé victime de coups de fil malveillants

Charl Johnson, un voisin habitant à moins de 200 mètres du domicile de l'athlète sud-africain, a dénoncé des menaces avant son témoignage. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'athlète paralympique sud-africain Oscar Pistorius, le 5 mars 2014 au tribunal de Pretoria (Afrique du Sud).  (ALON SKUYI / AFP)

Charl Johnson habite à moins de 200 mètres du domicile d'Oscar Pistorius. La nuit de la mort de Reeva Steenkamp, il a entendu des hurlements de femme et des coups de feu. Mercredi 5 mars, ce témoin clé de l'accusation contre le champion paralympique sud-africain s'est plaint d'avoir reçu des appels téléphoniques malveillants juste avant de venir au procès, qui se tient à Pretoria depuis lundi.

Sa femme avait témoigné la veille et l'avocat de la défense Barry Roux avait tenté de la déstabiliser, donnant même à haute voix le numéro de téléphone de son mari, alors que le procès est retransmis en direct. A la reprise des débats, au troisième jour du procès, Charl Johnson a indiqué avoir reçu un premier appel alors qu'il attendait, confiné dans la salle des témoins, de venir à la barre.

"Quand j'ai rallumé [mon téléphone], il y avait un grand nombre d'appels en absence, et un message vocal laissé par une personne de l'étranger." Cet interlocuteur a dit : "'Pourquoi vous mentez au tribunal ? Nous savons qu'Oscar n'a pas tué Reeva, ce n'est pas cool, allez mec', et quelque chose que je ne peux pas me rappeler mais d'un ton intimidateur", a ajouté Charl Johnson.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Oscar Pistorius

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.