Cet article date de plus de six ans.

Oscar Pistorius : le ministère public va faire appel

Après les nombreuses critiques accusant la justice d'être trop clémente avec l'athlète sud-africain, le parquet a annoncé, lundi, qu'il allait faire appel de la condamnation de l'athlète à cinq ans de prison pour l'homicide involontaire de sa compagne. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'athlète Oscar Pistorius lors d'une audience de son procès, le 8 juillet 2014, à Pretoria (Afrique du Sud).  (SIPHIWE SIBEKO / AP / SIPA)

La saga judiciaire Pistorius continue. Le ministère public d'Afrique du Sud a annoncé lundi 27 octobre qu'il allait faire appel de la condamnation à cinq ans de prison du champion paralympique pour l'homicide involontaire de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en février 2013. Une peine jugée trop clémente par de nombreux Sud-Africains.

> Les six moments qui ont marqué le procès Pistorius

Oscar Pistorius a commencé à purger sa peine le 21 octobre. Il pourrait bénéficier d'une libération conditionnelle dans moins d'un an.  

Des preuves insuffisantes pour conclure à un meurtre

Durant le procès, les services du procureur avaient cherché à prouver que le sportif avait volontairement abattu sa petite amie Reeva Steenkamp, le jour de la Saint-Valentin 2013. Mais la juge Thokozile Masipa avait estimé que les preuves étaient insuffisantes pour conclure à un meurtre.

Reeva Steenkamp avait reçu quatre balles dans le corps, tirées à travers la porte verrouillée des toilettes où elle se trouvait au moment du drame, dans la somptueuse résidence d'Oscar Pistorius à Pretoria. Avant et pendant le procès, le coureur olympique a assuré qu'il croyait tirer sur un intrus, puis qu'il n'avait pas eu conscience d'avoir ouvert le feu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.