Scandale de dopage dans l'athlétisme : Poutine ordonne une enquête et demande des sanctions "individuelles"

Il a martelé que les sanctions pour dopage doivent être "individuelles" afin de ne s'appliquer qu'aux sportifs ayant fait usage de produits dopants. 

Le président russe Vladimir Poutine et le ministre des Sports, Vitaly Mtuko, rencontrent les directeurs des différentes fédérations russes en préparation des JO de 2016, à Rio, à Sotchi, mercredi 11 novembre 2015. 
Le président russe Vladimir Poutine et le ministre des Sports, Vitaly Mtuko, rencontrent les directeurs des différentes fédérations russes en préparation des JO de 2016, à Rio, à Sotchi, mercredi 11 novembre 2015.  (ALEXEI DRUZHININ / RIA NOVOSTI / AFP)

Comment redorer le blason de l'athlétisme russe après le scandale mis à jour par l'Agence mondiale antidopage (AMA) ? Vladimir Poutine a ordonné mercredi 11 novembre une enquête pour faire la lumière sur ces accusations de "dopage organisé".

Face aux accusations de l'AMA, qui demande la suspension de la Russie de toutes les compétitions sportives, y compris les jeux Olympiques de Rio, en 2016, le président russe a estimé que seuls les coupables, et non l'ensemble des sportifs russes, devaient être sanctionnés.

Il appelle les sportifs à collaborer avec les instances anti-dopages internationales

"Nous devons tout faire en Russie pour nous débarrasser de ce problème", a déclaré Vladimir Poutine, à la télévision russe, lors d'une réunion qui s'est tenue tard dans la soirée avec des responsables sportifs à Sotchi. "Il faut effectuer notre propre enquête interne", a-t-il ajouté, appelant toutefois les responsables sportifs russes à la "coopération la plus ouverte, la plus professionnelle avec les structures internationales antidopage".

"Ce problème n'existe pas qu'en Russie, mais si nos collègues étrangers ont des questions, il faut y répondre pour qu'ils n'en aient plus", a souligné le président.

Pour une sanction "individuelle" plutôt que collective

Alors que la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) doit décider vendredi d'une éventuelle suspension de la Russie de toute compétition, il a martelé que les sanctions pour dopage doivent être "individuelles" et non pas collectives.

"La lutte sportive n'est attrayante que lorsqu'elle est honnête", a estimé Vladimir Poutine. "Si quelqu'un viole les règles en vigueur dans le domaine antidopage, la responsabilité doit être individuelle", a ajouté le président russe. "Les athlètes qui n'ont jamais touché au dopage ne doivent pas pâtir pour ceux qui enfreignent quelque chose", a-t-il souligné.

Le chef du laboratoire antidopage russe a démissionné

Lors de cette réunion consacrée aux préparatifs aux Jeux olympiques d'été-2016 à Rio, le chef de l'Etat a appelé à "protéger les athlètes russes contre le recours à des médicaments interdits."

Dans la nuit de lundi à mardi, le chef du laboratoire antidopage russe a d'ores et déjà démissionné, et ce "pour emmener toute la négativité avec lui", selon le ministre des Sports, Vitaly Mutko.

Dans son rapport à charge, l'AMA accuse Grigory Rodchenko, le directeur du laboratoire antidopage de Moscou, d'être au cœur du système de dopage russe. L'agence a retiré son accréditation au laboratoire, qui falsifiait selon elle les résultats des examens "moyennant finances".