Cet article date de plus de neuf ans.

Affaire Pistorius : un nouvel enquêteur nommé

Oscar Pistorius a comparu une nouvelle fois jeudi devant le tribunal d'instance de Pretoria, en Afrique du Sud. Il n'y a pas eu de décision sur sa libération sous caution. L'audience se poursuivra vendredi... avec un nouvel enquêteur : le précédent était poursuivi en justice pour sept tentatives de meurtre en service en 2009.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les avocats d'Oscar Pistorius, inculpé de meurtre avec préméditation, n'en attendaient peut-être pas tant. Voilà une ligne de défense qui s'offre à eux de façon totalement inattendue.

Interrogée sur le sujet, la police sud-africaine a été contrainte de confirmer que le principal enquêteur sur l'affaire avait lui aussi quelques problèmes avec la justice. Hilton Botha, présenté comme un "vétéran", est en effet poursuivi pour sept tentatives de meurtre, en 2009. Le policier, en service avec des collègues, peut-être sous l'emprise de l'alcool, est accusé d'avoir tiré sur un mini-bus afin de l'arrêter. 

"Nous n'avons été informés qu'hier (mercredi) que les accusations de tentatives de meurtre avaient été rétablies contre Hilton Botha." (porte-parole de la police)

Un enquêteur déjà affaibli

Le policier expérimenté avait déjà été mis en difficulté par la défense de Pistorius mercredi. Sous la pression des avocats, il avait dû concéder que la version de l'athlète était "cohérente ". De même, il avait dû reconnaître que son équipe, arrivée sur les lieux de la fusillade jeudi dernier, n'avait pas mis de "patins " pour éviter de "polluer " la scène de crime.

"Je ne comprends pas pourquoi le dossier a été rouvert. Je ne peux que penser que c'est lié à mon travail sur Oscar Pistorius." (Hilton Botha)

Pour éviter que le dossier ne soit irrémédiablement entaché d'irrégularités, la police a décidé - un peu dans la précipitation tout de même - de nommer un nouvel enquêteur.

Les avocats d'Oscar Pistorius ont tenté jeudi une nouvelle fois de convaincre de la bonne foi de leur client. Ce dernier affirme toujours qu'il n'a jamais eu l'intention de tuer sa compagne, Reeva Steenkamp, mais qu'il croyait avoir affaire à un cambrioleur lorsqu'il a ouvert le feu dans sa villa de Pretoria jeudi dernier. Vers 16 heures, l'audience a été suspendue sans décision sur sa libération sous caution et renvoyée à vendredi 9 heures.

L'athlète handisport a en tout cas connu un nouveau coup dur, sur le plan financier cette fois, jeudi matin. Après Thierry Mugler, c'est la marque américaine Nike qui a suspendu son contrat de sponsoring avec Oscar Pistorius. Un contrat qui lui apportait une bonne partie de ses revenus annuels.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Athlétisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.