24 Heures du Mans : le doublé attendu pour Toyota, Alpine sur la troisième marche du podium

La Toyota GR010 n°7 a terminé devant sa jumelle la n°8 et l'Alpine n°36, dimanche,  pour rafler sans surprise la victoire sur cette 89e édition des 24 Heures du Mans.

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La Toyota GR010 n°7 a remporté la 89e édition des 24 Heures du Mans, dimanche 22 août 2021. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

C'est la passe de quatre pour Toyota. Pour la quatrième année d'affilée, la marque japonaise a posé sa griffe sur la course d'endurance la plus célèbre au monde. Une 89e édition des 24 Heures du Mans remportée dimanche 22 août par la GR010 n°7 (Conway-Kobayashi-Lopez), en tête depuis le départ et qui termine avec deux tours d'avance sur la n°8 (Buemi-Nakajima-Hartley), triple tenante du titre. Annoncée comme outsider pour la victoire finale, la monoplace 100 % tricolore de l'Alpine n°36 (Negrao-Lapierre-Vaxivière) a réussi à décrocher une troisième place sur le podium devant les deux Glickenhaus.

Une course menée de main de maître dès le premier tour par la Toyota n°7, malheureuse l'an dernier, mais qui n'a connu aucune difficulté tout au long des 370 tours effectués sur le circuit de la Sarthe. Tout le contraire de ses adversaires directs, qui lui ont rapidement ouvert les portes d'un succès incontestable. Depuis 2017 et le dernier succès de Porsche, Toyota règne en maître du côté des constructeurs.

La Toyota n°7 réalise la course parfaite

Après avoir décroché la pole position, jeudi, la monoplace n°7 de la marque japonaise n'a pas flanché tout au long du week-end. L'accrochage musclé entre la Glickenhaus n°708 et l'arrière de la Toyota n°8 de Sébastien Buemi, dès le premier tour, a permis de décanter le scénario bien plus rapidement que prévu, sous un temps humide. Des circonstances de course favorables qui ont continué à favoriser le trio Conway-Kobayashi-Lopez durant la nuit. Au tiers de la course, samedi à minuit, la Toyota n°7 comptait déjà un peu plus d'une minute d'avance sur la n°8 et deux tours sur l'Alpine, alors cinquième. De quoi voir venir avec sérénité.

Seules quelques alertes au niveau des réservoirs d'essence sont toutefois venues perturber la tranquillité de l’écurie japonaise, dimanche matin. Pas assez pour redonner espoir à une concurrence matée par le rythme et la fiabilité des deux Toyota. La lutte tant attendue a finalement eu lieu pour le podium entre l’Alpine et la Glickenhaus n°708 jusqu’à midi et la prise de pouvoir de la marque française avec plus de deux minutes d’avance. Un podium figé au cours des quatre dernières heures de course terminées avec le dernier relais du Japonais Kamui Kobayaschi. Un succès historique pour la première sortie de la monoplace en Hypercar.

Il y a eu plus de suspense dans les catégories inférieures puisqu'en LMP2, la victoire de la n°31 du Team WRT (Frijns-Habsburg-Milesi) est intervenue dans le dernier tour après un problème mécanique de sa monoplace sœur, la n°41 (Kubica-Delétraz-Ye). L'écurie italienne AF Corse a dominé les débats en GTE avec les Ferrari 488 en Pro et la voiture n°51 (Guidi-Calado-Ledogar), et la n°83 (Perrodo-Nielsen-Rovera) en GTE AM.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 24H du Mans

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.