Roland-Garros 2024 : Iga Swiatek, seule sur terre

La numéro 1 mondiale s’est imposée sans trembler en finale de Roland-Garros, samedi après-midi, pour décrocher son quatrième titre à Paris.
Article rédigé par Maÿlice Lavorel - A Roland-Garros
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Iga Swiatek avec le trophée de Roland-Garros, le 8 juin 2024. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Elle a définitivement fait de Roland-Garros son jardin. Au terme d’un parcours remarquable, Iga Swiatek est allée décrocher un titre qui lui semblait promis depuis le début du tournoi, en remportant la finale de Roland-Garros face à Jasmine Paolini (6-2, 6-1 en 1h08), samedi 8 juin. Avec ce cinquième titre glané en quatre ans, la Polonaise confirme un peu plus son statut de tête d’affiche du tennis féminin. 

Dans ce tournoi 2024, la Polonaise a encore une fois impressionné. Après l’immense frayeur du deuxième tour face à Naomi Osaka, qui l’a forcée à sauver une balle de match et à batailler trois heures pour arracher sa qualification, la numéro 1 mondiale est passée en mode bulldozer.

.
Finale dames : le résumé du match I. Swiatek vs J. Paolini . (FRANCE TELEVISIONS)

"Ça a été le moment charnière de son tournoi, analyse Justine Hénin, sacrée à quatre reprises porte d’Auteuil, et consultante France Télévisions. Depuis, elle a déroulé. Elle a sauvé une balle de match, elle a été poussée dans ses retranchements par une championne qu’on n’attendait pas à ce niveau-là à ce moment-là. Je pense qu’elle a un peu lâché ses émotions sur ce moment, et derrière, elle est repartie de l’avant."

Sur les traces de Serena Williams, Justine Henin et Rafael Nadal

Au fur et à mesure de sa progression dans le tableau, Iga Swiatek a écarté avec une facilité déconcertante toutes les adversaires qui se sont dressées sur sa route, jusqu’aux top 5 mondiales et anciennes finalistes à Paris, Marketa Vondrousova (6-0, 6-2 en quart de finale) et Coco Gauff (6-2, 6-4 en demi-finale).

Avec son cinglant 6-0, 6-0 infligé à Anastasia Potapova en huitièmes de finale, elle est devenue la première joueuse à signer une double bulle en deuxième semaine de Majeur depuis Serena Williams à l’US Open en 2013. De quoi laisser ses adversaires totalement impuissantes. "J'ai comme l'impression qu'il n'y a rien à faire face à elle", reconnaissait la Russe après le match. "Elle est trop forte", soufflait quelques jours plus tard Marketa Vondrousova. Samedi, Jasmine Paolini a indiqué sur le podium que l'affronter ici était "le plus grand défi de ce sport".

Iga Swiatek remercie beaucoup de monde après ce nouveau succès à Paris, en se rappelant que le tournoi ne fut pas si simple pour elle avec notamment des balles de match contre elle au deuxième tour contre Naomi Osaka.
Fnale dames : les mots d'Iga Swiatek pour son 4e trophée Porte d'Auteuil Iga Swiatek remercie beaucoup de monde après ce nouveau succès à Paris, en se rappelant que le tournoi ne fut pas si simple pour elle avec notamment des balles de match contre elle au deuxième tour contre Naomi Osaka.

Iga Swiatek confirme aussi son statut de reine de la terre battue parisienne. La surface, sur laquelle elle a remporté quatre de ses cinq Majeurs (avec l'US Open 2022), celle qui convient le mieux à son jeu. "Cette surface me permet d'élever mon niveau de jeu, je fais plus d'effets liftés. Je peux jouer plus de balles de défense, parce que la surface est plus lente. D'un autre côté, j'ai parfois le temps d'attaquer. J'ai l'impression que j'utilise tous ces coups", a-t-elle expliqué après sa performance impitoyable en demi-finale face à Coco Gauff. "Sa qualité de déplacement, sa manière de bouger, l’intensité qu’elle met dans ses frappes [...] La cadence qu’elle impose est infernale sur terre battue", abonde Justine Hénin.

"Elle entre dans une nouvelle dimension"

Samedi, elle est ainsi devenue la première joueuse à remporter trois éditions des Internationaux de France de rang depuis Justine Hénin entre 2005 et 2007. "Elle entre dans une nouvelle dimension, trois de suite, peut-être quatre, qui sait plus… Trois à la suite c’est quelque chose [...] C’est beau d’écrire l’histoire du tournoi comme elle le fait", explique justement l’ancienne vainqueure.

Ses succès porte d’Auteuil mettent la numéro 1 mondiale sur les mêmes temps de passage qu’un certain Rafael Nadal, puisqu’elle compte désormais à son palmarès quatre titres de Roland-Garros à 23 ans, comme l’Espagnol. La comparaison a d’ailleurs parcouru les allées du stade pendant deux semaines. "On verra dans 14 ans si j'ai eu le même parcours", en a-t-elle ri, interrogée sur le sujet en conférence de presse après sa demi-finale. Le rendez-vous est pris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.