Roland-Garros 2023 : combatif mais trop tendre, le jeune Arthur Fils s'incline contre Alejandro Davidovich Fokina

Deux jours après son premier titre à Lyon, l'espoir tricolore de 18 ans s'est incliné en quatre sets contre l'Espagnol, tête de série n°29, lundi.
Article rédigé par Elio Bono, franceinfo: sport - De notre envoyé spécial à Roland-Garros
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Arthur Fils lors du 1er tour de Roland-Garros contre Alejandro Davidovich Fokina, le 29 mai 2023. (THOMAS SAMSON / AFP)

La marche était trop haute. Après avoir offert une belle résistance à Alejandro Davidovich Fokina, Arthur Fils (18 ans) s'est incliné en quatre sets (6-1, 4-6, 6-3, 6-3), lundi 29 mai au 1er tour de Roland-Garros. Miné par une première manche complètement ratée, le Français n'a pu renverser l'Espagnol, quart-de-finaliste en 2021, perdant en 2h48 et en encaissant six jeux d'affilée pour finir alors qu'il menait (3-0) dans le quatrième set. Mais pour son premier match dans le tableau final porte d'Auteuil, il a fait preuve, par séquences, d'une maturité qui pourrait le mener loin.

Dans la courte carrière d'Arthur Fils, les événements s'enchaînent presque aussi rapidement que ses premières balles, flashées à plus de 210 km/h. Il y a quarante-huit heures, il célébrait son premier titre dans la cour des grands, à Lyon. Ce succès rhodanien a dopé les attentes autour de Fils, mais l'a peut-être aussi crispé. Ses jeunes épaules, tout juste majeures, étaient-elles prêtes à supporter cette pression ?

Il a en tous cas paru très emprunté dans une première manche à sens unique (1-6) saupoudrée de quelques fautes directes. Mais Fils, adopté par le public parisien, a ensuite regardé Davidovich Fokina dans les yeux, le faisant plier dans une deuxième manche de haute volée (6-4). On l'a vu monter en puissance, alternant amorties subtiles et coups droits puissants. 

Il a perdu le "Fils" dans le 3e set

Las, le Français a connu un nouveau trou d'air dans le troisième set. Parfois perturbé par quelques fausses annonces venues du public, il a concédé deux jeux sur son service (3-6). Usé physiquement par un adversaire coriace, il a définitivement flanché dans la dernière mancheMalgré cette issue finale défavorable, le gamin de Bondoufle a prouvé que sa wild-card n'était pas un cadeau du ciel et qu'il pourrait, dans les années à venir, rivaliser avec le gratin. On en oublierait presque qu'il n'avait même pas un an lorsque Rafael Nadal a remporté son premier Roland-Garros, en juin 2005.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.