Roland-Garros 2023 : Alexander Zverev domine largement Grigor Dimitrov et se qualifie pour les quarts de finale

Pour sa troisième "night session" d'affilée, l'Allemand s'est défait en trois sets, lundi, de la tête de série n°28.
Article rédigé par Louise Le Borgne - De notre envoyée spéciale à Roland-Garros,
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Alexander Zverev affrontait le Bulgare Grigor Dimitrov en "night session" sur le court Philippe-Chatrier, lundi 5 juin, à Roland-Garros. (THOMAS SAMSON / AFP)

Alexander Zverev prendrait presque goût aux nocturnes. Le joueur de 26 ans avait pourtant vu les foudres des dieux de la terre battue s'abattre sur lui dans ce même écrin l'an passé, la cheville en vrac, alors qu'il défiait le maître des lieux Rafael Nadal, en demi-finale. Cette fois, aucun accroc n'est venu entraver la trajectoire victorieuse de l'Allemand qui n'a concédé aucun set à son adversaire, Grigor Dimitrov (6-1, 6-4, 6-3), en 8es de finale de Roland-Garros, lundi 5 juin. L'Allemand, qui goutait les honneurs de la "night session" pour la troisième fois d'affilée, a profité de l'effondrement de son adversaire dans le deuxième set pour clore les débats en un peu plus deux heures de jeu (2h17).

Ancien numéro 3 mondial, Dimitrov a subi un énorme passage à vide après avoir laissé passer quatre balles de double break dans la deuxième manche (4-2) puis multiplié les fautes directes (50). Un scénario à sens unique qui offre à Alexander Zverev une qualification plus aisée que celle acquise contre Frances Tiafoe au tour précédant. Il affrontera, pour son neuvième quarts de finale en Grand Chelem, l'Argentin Tomas Martin Etcheverry, 49e mondial, tombeur du Japonais Yoshihito Nishioka, tête de série n°27, (7-6, 6-0, 6-1) dans le même temps.

Dimitrov s'effondre

La soirée avait bien mal commencé pour le Bulgare. Ouvrant son premier jeu de service par une double faute, le 29e joueur mondial s’est retrouvé breaké d’entrée et n’a plus fait que courir - péniblement - derrière le score. Lui qui n’avait concédé aucun set porte d’Auteuil, a eu bien du mal à s’exprimer sur cette "night session". Dominé outrageusement dans la première manche par le Hambourgeois, Dimitrov a concédé à trois reprises son engagement puis subi les revers millimétrés et les coups droits foudroyants de la tête de série n°22. 

La soirée cauchemardesque du Bulgare a pris un tour particulièrement pernicieux au deuxième set. Alors que ce dernier semblait enfin être entré dans son match et s’emparait de la mise en jeu de son adversaire (4-2), Dimitrov s’est totalement effondré après ses quatre balles de double break manquées. Profitant de la déroute de son adversaire, l’Allemand a empoché 4 jeux consécutifs pour prendre durablement les commandes de la rencontre. Dos au mur, le Bulgare a bien tenté un ultime sursaut, poussé par le public désireux de prolonger la soirée. S’offrant un dernier débreak sur un splendide amorti de revers (3-3), le Bulgare est ensuite retombé dans ses travers, offrant à Zverev un boulevard vers la victoire.

Zverev prend date

“Je ne veux pas partir”, s’est ému Alexander Zverev à la fin du match, chaleureusement applaudi par le public du court Philippe-Chatrier. L’Allemand avait dû batailler samedi pour se défaire de l'Américain Frances Tiafoe. Pas de quoi ralentir le Hambourgeois dans son parcours parisien : “J’ai une des meilleures équipes qu’il soit, un super kiné, mon père comme coach et un deuxième coach à mes côtés. Pendant les premiers mois de l’année, je ne pouvais pas jouer. C’est incroyable de pouvoir être à ce niveau aujourd’hui”, a confié l’ancien n°2 mondial, revenu taper quelques balles sur le court central à l'issue de la rencontre, notamment en répétant les services, lui qui a commis sept double fautes face à Dimitrov avec seulement 65% de premières balles. L'Allemand voit déjà plus loin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.