Roland-Garros 2022 : "le roi Soleil", "la plus grande légende du tennis mondial"... Après son 14e titre à Paris, la presse célèbre Rafael Nadal

Après son nouveau titre à Paris, la presse française et espagnole saluent l'exploit du Majorquin, tout en traduisant l'inquiétude d'un arrêt de carrière. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Rafael Nadal pose avec son trophée, après sa quatorzième victoire à Roland-Garros, le 5 juin 2022. (VICTOR JOLY / AFP)

Après avoir soulevé son 14e titre à Roland-Garros, son 22e titre en tournoi du Grand Chelem, Rafael Nadal a écrit encore un peu plus son nom dans l'histoire. Et ce, bien au-delà de son sport. Lundi 6 juin, au lendemain de cette victoire, la presse française et espagnole saluent d'une même voix l'exploit du "taureau de Manacor", qui a disposé aisément du Norvégien Casper Ruud (n°8) 6-3, 6-3, 6-0. 

"Pour l'éterrenité" titre d'ailleurs L'Equipe, sous une photo de Rafael Nadal, sourire ému, Coupe des Mousquetaires sous le bras, et remerciant la foule du Court Philippe-Chatrier. "Il est bon de rappeler, (...) qu'en quatorze finales ici, la moitié contre le duo d'infortune Federer-Djokovic, le monarque absolu de la terre n'a abandonné que sept manches et n'a pas une seule fois été embarqué dans une rencontre en cinq sets", souligne le quotidien sportif, qui surnomme l'Espagnol, "roi Soleil" en référence à ses quatorze titres. "Après des mois de doutes, des semaines de souffrance et les derniers jours traversés sur un fil, contre Félix Auger-Aliassime, Novak Djokovic puis Alexander Zverev, dimanche a sonné comme une évidence", poursuit le quotidien. L'évidence de Roland-Garros.  

Celui qui fait encore "grandir sa légende à Paris"

La RTVE salue elle aussi son champion national, qui fait encore "grandir sa légende à Paris". "Alors que tout semblait contre lui, Nadal a de nouveau atteint le sommet. Ni la douleur croissante de sa blessure chronique au pied, ni les rivaux coriaces du côté du tirage le plus difficile n'ont été en mesure d'arrêter la plus grande légende du tennis mondial", écrit le site de la radio nationale espagnole, qui salue ses 112 matchs victorieux à Paris, pour seulement trois défaites en 17 ans. Une vision partagée par Marca, qui titre son édition de lundi : "Nadal gagne toujours".

Pour El Mundo, ce nouveau sacre porte d'Auteuil est la conclusion de mois de "mésaventures successives depuis sa défaite face à Novak Djokovic en demi-finale de ce même tournoi il y a un an". "Le plus grand parcours du combattant qui a élevé Rafa Nadal", insiste même le quotidien en rappelant la défaite de l'an passé, les blessures au pied et aux côtes cette année et le manque de préparation avant son arrivée à Paris. Encore aujourd'hui, "l'Espagnol continue de mener une bataille contre sa propre intégrité physique", écrit El Mundo

L'hommage au champion traverse les pays. The Guardian célèbre celui qui "défie le temps". "Ces dernières années, alors qu'il se rapprochait de plus en plus du crépuscule de sa carrière, Rafael Nadal n'a cessé de parler de son âge avancé avec un dédain total", relève le média britannique, admiratif. 

L'inquiétude d'une fin de carrière

Mais au-delà du sacre, l'inquiétude autour de son pied et d'une possible retraite du joueur domine dans les journaux espagnols lundi. "Une course contre le pied", titre le média As. "Rafa Nadal, champion de 22 tournois du Grand Chelem, a une carrière pleine de succès, paradoxalement, toujours avec une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête", explique le média qui décrit, photo 3D à l'appui la pathologie du Majorquin, le syndrome de Müller-Weiss et la douleur extrême qui en découle. "D'où l'idée qu'il pourrait s'agir de son "dernier" Roland-Garros. Nadal a la douleur, et sa santé future, sur un côté de la balance qui pèse de plus en plus lourd", poursuit As.

Même crainte dans le quotidien El Pais"Je ne peux pas continuer à jouer avec mon pied endormi", a choisi de titrer le média. Le quotidien raconte dans un récit détaillé cette conférence de presse d'après-match de l'Espagnol, où celui-ci a expliqué avoir reçu des injections avant ses matchs pour engourdir son pied, et lui permettre ainsi de jouer. "Il est évident que je ne peux pas continuer à jouer dans les circonstances dans lesquelles je me trouve." La suite de son histoire n'a jamais été aussi floue

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Roland-Garros 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.