Carlos Alcaraz sacré pour la première fois à Roland-Garros au terme d'une finale en cinq sets face à Alexander Zverev

Le prodige espagnol de 21 ans est devenu, dimanche, le plus jeune joueur à remporter un Grand Chelem sur toutes les surfaces, après ses titres à l'US Open 2022 et Wimbledon 2023.
Article rédigé par Gabriel Joly
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Carlos Alcaraz célèbre son premier sacre porte d'Auteuil après la victoire en finale contre Alexander Zverev, dimanche 9 juin 2024. Le nouveau roi de Roland-Garros, c'est lui. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Le prince de la terre battue est monté sur le trône. Carlos Alcaraz s’est adjugé son premier titre à Roland-Garros, dimanche 9 juin, en dominant Alexander Zverev en finale au terme d'une bataille longtemps indécise, où l'enjeu a semblé prendre le dessus pour les deux joueurs. Après avoir déjoué à plusieurs reprises lors de la rencontre, le 3e mondial s'est finalement imposé en cinq sets, après 4h19 d'effort (6-3, 2-6, 5-7, 6-1, 6-2).

Le public du Central attendait un combat de titans, qui plus est entre deux néophytes à ce niveau du tournoi. L'ultime affrontement de cette édition lui a offert un sacré scénario avec un incessant chassé-croisé, chaque joueur se crispant à chaque obtention d'une belle option sur la suite. Jusqu’à ce que Carlos Alcaraz ne fasse la dernière différence.

Sur un dernier jeu de service rondement mené, Carlos Alcaraz conclut ce match et s'impose en cinq manches contre Alexander Zverev. Il remporte ainsi son troisième titre en Grand Chelem et son premier Roland-Garros, à seulement 21 ans !
Finale messieurs : Alcaraz l'emporte en cinq sets ! Sur un dernier jeu de service rondement mené, Carlos Alcaraz conclut ce match et s'impose en cinq manches contre Alexander Zverev. Il remporte ainsi son troisième titre en Grand Chelem et son premier Roland-Garros, à seulement 21 ans !

Sous le soleil parisien, c’était déjà l’Espagnol qui avait pris les commandes en début de partie. Son choix, osé quand on connaît la qualité d’Alexander Zverev sur ce coup, de laisser son adversaire commencer au service, lui a mis la pression d’entrée. Auteur de deux doubles fautes de nervosité dès les premiers points, l’Allemand s’est fait chiper sa mise en jeu d’entrée et son débreak dans la foulée n’a été qu’illusoire, dans un premier set marqué par beaucoup de déchets, également imputables à un vent ressenti jusque sur l’aire de jeu.

Un chassé-croisé au mental

Pas perturbé par le service de l’Allemand, Carlos Alcaraz s’est logiquement détaché à force de casser le rythme des échanges sur des variations inspirées. Pour mieux profiter des fautes du 4e mondial et lui rappeler d’un poing serré après chaque coup gagnant qu’il avait pris l’ascendant dans cette finale. Des scènes qui ont totalement disparu dans la deuxième manche, glanée par "Sascha" Zverev, pour réapparaître en milieu de troisième.

Dans les cordes depuis que son adversaire avait retrouvé sa première balle (80% de points gagnés dans le 2e set contre 48% dans le premier) et gagné en intensité comme en agressivité, le tombeur de Jannik Sinner au tour précédent a subi, contraint de se battre comme un lion pour conserver ses mises en jeu. Le soulagement de rester devant à 3-2 dans la troisième manche l’a un temps libéré puisqu’il a poursuivi sur sa lancée jusqu’à servir pour le set.

.
Finale messieurs : le résumé de A. Zverev vs C. Alcaraz . (FRANCE TELEVISIONS)

Mais tout a de nouveau déraillé pour le prodige espagnol, soudain perdu sur l’ocre d’Auteuil et qui a encaissé les cinq jeux suivants. L’occasion pour Alexander Zverev d’encore afficher sa solidité dans les moments critiques et de passer devant pour la première fois du match en menant deux manches à une. Touché dans son ego, Carlos Alcaraz est, comme en demi-finales, reparti de l’avant, expédiant la quatrième malgré un appel au kiné pour une alerte à la cuisse gauche.

Alcaraz a tout sauvé dans le cinquième

Embarquée dans un cinquième set comme seulement deux autres avant elle au XXIe siècle, la finale a alors basculé alors que les plus beaux points étaient encore à venir dans une ambiance de stade de foot.

Autoritaire, Carlos Alcaraz a pris le service adverse à 2-1 grâce à un énorme passing de coup droit, avant de tenir en sauvant avec maestria cinq balles de débreak pour éviter un retour de l’Allemand (17 opportunités manquées au total pour lui sur la partie) et réjouir le public, qui avait enfin choisi son camp. C’en était trop pour Alexander Zverev, qui n’a pu qu’observer son cadet de 21 ans s’allonger sur le court après une balle de championnat gagnée sur une dernière faute provoquée.

Déçu de sa deuxième défaite en finale de Grand Chelem, Alexander Zverev a tenu a féliciter son adversaire, son équipe et promet de revenir plus fort afin de s'imposer enfin à Paris, lui qui a atteint sa première finale ici après 3 demi-finales perdues de suite.
Finale messieurs : la déception et le plateau d'argent du finaliste pour Zverev Déçu de sa deuxième défaite en finale de Grand Chelem, Alexander Zverev a tenu a féliciter son adversaire, son équipe et promet de revenir plus fort afin de s'imposer enfin à Paris, lui qui a atteint sa première finale ici après 3 demi-finales perdues de suite.

Gêné par un corps qui lui fait trop souvent défaut, "Carlitos" avait débarqué à Paris en délicatesse avec son avant-bras, empêché de vraiment disputer la saison sur terre. Mais manchon bien serré, il est monté en puissance sans trembler. Jamais depuis Andre Agassi en 1999, Roland-Garros n'était tombé dans l'escarcelle d'un homme arrivé avec aussi peu de victoires au printemps sur l'ocre (trois succès au Masters 1000 de Madrid). Un fait d'armes de plus pour un joueur spécial, qui retrouvera en prime la place de numéro 2 mondial, lundi, en doublant celui à qui il succède au palmarès, Novak Djokovic.

A 21 ans et 35 jours, il remporte son troisième Grand Chelem et devient le plus jeune joueur à s'offrir un Majeur sur toutes les surfaces après avoir triomphé à l'US Open 2022 et Wimbledon 2023. Promis depuis des années à la succession de Rafael Nadal, le Murcien a remporté la première finale des Internationaux de France sans un membre du Big 3 depuis deux décennies. Comme le symbole d'une transition, alors que le roi de la terre a probablement fait ses adieux à son tournoi. L'hymne espagnol n'a sans doute pas fini de résonner sur le court Philippe-Chatrier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.