JO de Tokyo : pourquoi le Japon peut encore faire marche arrière

À moins de cent jours du début des Jeux olympiques de Tokyo, la menace d'une annulation pèse toujours.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.

Les Jeux olympiques de Tokyo ont été programmés du 23 juillet au 8 août prochains. Mais les incertitudes liées à la pandémie de Covid-19 et aux conditions sanitaires font craindre le pire concernant la tenue du plus gros événement sportif au monde. Voici les raisons pour lesquelles les Jeux pourraient ne pas avoir lieu. 

♦ Parce que des hommes politiques ne l'excluent pas

Le numéro 2 du principal parti au pouvoir, Toshihiro Nikai, a réagi, jeudi 15 avril, à la nouvelle vague de contaminations à laquelle doit faire face le Japon. Le pays a recensé plus de 4 000 nouveaux cas mercredi 14 avril, un niveau qui n'avait plus été observé depuis fin janvier sur son territoire. "Nous devrons annuler (les Jeux, ndlr) sans hésiter si ce n'est plus possible" de les organiser, a déclaré le secrétaire général du Parti libéral-démocrate (PLD), dans un entretien à la chaîne de télévision japonaise TBS. "Si les infections se répandent à cause des Jeux olympiques, je ne sais pas à quoi ils servent", a-t-il ajouté. 

La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, a toutefois relativisé les propos de Toshihiro Nikai, en évoquant "une option" et rien de plus, a rapporté l'AFP. "Je le prends comme un message d'encouragement fort pour que nous contenions le coronavirus par tous les moyens", a-t-elle déclaré.

♦ Parce que les risques sanitaires demeurent élevés

La persistance de la pandémie et le risque de prolifération de certains variants, comme celui du Brésil ou de l'Inde, inquiètent la planète entière. Le variant brésilien a été identifié pour la première fois comme un nouveau variant au Japon, en janvier dernier, chez des voyageurs ayant séjourné au Brésil. Plus contagieux, il soulève certains questionnements, dont l'éventuelle inefficacité des vaccins existants face à cette nouvelle souche. 

Toutefois, la vaccination n'est pour le moment pas obligatoire pour les athlètes afin de participer aux Jeux, même si le Comité international olympique (CIO) la recommande vivement. Le protocole sanitaire imposé aux athlètes sur place sera évidemment très strict.

Le Japon a débuté sa vaccination le 17 février 2021, étant le dernier pays du G7 à se lancer dans la campagne vaccinale. Au 12 avril 2021, 1 129 687 premières doses ont été inoculées (dont 560 905 vaccinations complètes) dans le pays. Et ce sont pour l'instant uniquement des personnels soignants qui en ont bénéficiées.

♦ Parce qu'ils ne sont pas populaires au pays du Soleil levant

Les Jeux ne sont plus aussi bien accueillis par la population japonaise. Selon un sondage pour Kyodo News, réalisé en janvier dernier, 80% des Japonais sont favorables à un report ou à l'annulation des JO. 35,3% des personnes interrogées se sont mêmes prononcées en faveur d'une annulation pure et simple.

A ce jour, seuls les Japonais seront autorisés à assister aux compétitions. Le 20 mars dernier, les organisateurs ont tranché en faveur de l'absence des spectateurs étrangers afin d'éviter une nouvelle propagation du coronavirus dans la capitale nippone. Les athlètes concourront donc des stades seulement occupés par les délégations ou par des habitants du Japon. Une première dans l'histoire olympique.

♦ Parce qu'ils ne seront pas aussi rentables que prévu économiquement

L'absence de public étranger représente un manque à gagner énorme pour le pays. Les billets vendus hors du Japon devront être remboursés, ce qui constitue un véritable manque à gagner pour ces JO d'été devenus les plus chers de l'histoire, avec un budget total de 13 milliards d'euros. Des retombées économiques positives étaient également attendues pour les secteurs du tourisme et de l'hôtellerie-restauration. Ce ne sera pas le cas.

Pire encore, le ministre japonais chargé de la campagne de vaccination a même évoqué la possibilité d'interdire totalement l'accès de spectateurs aux Jeux : "Nous organiserons les Jeux olympiques sous une forme qui est réalisable", a déclaré Taro Kono, cité par le journal Asahi. "Il se pourrait qu'il n'y ait pas de spectateurs".

-

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.