Dopage : l'AMA va réexaminer l'interdiction du cannabis l'an prochain

L'agence mondiale antidopage a indiqué mardi qu'elle reverrait en 2022 sa position sur le cannabis, une substance actuellement interdite en compétition.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sha'Carri Richardson avait remporté le 100m individuel lors des sélections américaines, le 19 juin 2021. (CLIFF HAWKINS /  Getty Images via AFP)

Bientôt la fin de l'interdiction du cannabis en compétition ? C'est en tout cas une question sur laquelle l'Agence mondiale antidopage (AMA) va se pencher. L'instance référente en matière de dopage a annoncé mardi 14 septembre qu'elle réexaminerait l'inscription du cannabis sur la liste des substances interdites, quelques mois après la suspension de Sha'Carri Richardson, privant la sprinteuse star américaine des Jeux olympiques de Tokyo.

Un réexamen prévu en 2022

Il sera procédé à un examen scientifique du cannabis l'an prochain mais la drogue restera quoiqu'il arrive interdite pendant l'année 2022, a précisé le comité exécutif de l'AMA à l'issue d'une réunion à Istanbul.

"Après avoir reçu les demandes d'un certain nombre de parties prenantes, le [comité exécutif] a approuvé la décision du Groupe consultatif d'experts de la liste d'initier en 2022 un examen scientifique du statut du cannabis", a indiqué l'AMA dans un communiqué. Un résultat positif peut actuellement entraîner une interdiction de concourir d'un mois à deux ans. 

La suspension de Richardson a ouvert le débat

Sha'Carri Richardson devait être une des têtes d'affiche des Jeux olympiques de Tokyo après plusieurs prestations époustouflantes sur 100 mètres en début de saison. Mais la sprinteuse de 21 ans a été privée de Jeux à cause d'une suspension de 30 jours consécutive à un dépistage positif à la marijuana lors des essais olympiques américains en juin.

Son cas a ouvert un débat sur la présence de la marijuana sur la liste des produits interdits de l'AMA. De nombreuses célébrités, athlètes et politiques, ont fustigé une règle qu'elles jugent dépassée et inutile.

Le patron de la fédération internationale d'athlétisme, Sebastian Coe, a lui aussi appelé à un réexamen du statut du cannabis. "Ce n'est pas déraisonnable aujourd'hui d'avoir un réexamen", a-t-il estimé pendant les JO en juillet. "C'est sensé, rien n'est inscrit dans le marbre. On s'adapte et on réévalue à l'occasion".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.