Qui est Sha'Carri Richardson, sixième femme la plus rapide de l'histoire sur 100m, à seulement 21 ans ?

L'Américaine Sha'Carri Richardson a égalé le neuvième meilleur temps de l'histoire sur 100 mètres en 10''72, samedi 10 avril, dans un meeting en Floride. À seulement 21 ans, elle est devenue la sixième athlète la plus rapide de tous les temps.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Sha'Carri Richardson, le 25 juillet 2019. (ANDY LYONS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

♦ Elle est entrée dans le Top 10 à l'âge de 19 ans

L'Américaine Sha'Carri Richardson ne vient pas de nulle part. En juin 2019, lors des championnats universitaires à Austin, elle avait amélioré de 13/100e le record du monde junior détenu par l'athlète allemande Marlies Göhr. Âgée de seulement 19 ans, elle était alors entrée dans le top 10 des femmes les plus rapides de l'histoire, à la neuvième place à égalité avec l'Américaine Kerron Stewart (10''75). Elle a depuis amélioré ce chrono de trois centièmes.

♦ Les cinq meilleures sprinteuses du 100m n'étaient pas aussi rapides qu'elle à son âge

Les cinq femmes plus rapides qu'elle sont Florence Griffith Joyner (10''49), Carmelita Jeter (10''64), Marion Jones (10''65), Shelly-Ann Fraser-Pryce et Elaine Thompson (10''70). En réalisant cette performance, elle fait reculer d'une place la Française Christine Aron, qui détient toujours le record d'Europe (10''73). Mais aucune de ces athlètes n'avait réussi une telle performance à l'âge de Sha'Carri Richardson. L'Américaine pourrait être l'une des stars des prochains JO de Tokyo. "Ma saison va être incroyable. C'est quelque chose auquel je ne m'attendais pas, quelque chose auquel le monde ne s'était pas attendu. C'est le moment", a-t-elle déclaré après sa course, samedi 10 avril.

♦ Elle marche sur les traces des plus grandes Américaines

Cela faisait dix ans qu'aucune Américaine n'avait couru le 100m dans un temps aussi rapide. Sha'Carri Richardson est l'Américaine la plus rapide depuis 2011, et les 10"70 de Carmelita Jeter. Depuis les JO d'Atlanta en 1996 et la médaille d'or de Gail Deevers, aucune Américaine n'a remporté le 100m féminin aux JO. La victoire de Marion Jones aux Jeux de Sydney (2000) avait finalement été invalidée pour dopage. 

Et elle n'a pas que le 100m pour briller. En juin 2019, une heure après avoir amélioré le record du monde du 100m junior, elle s'aligne sur 200m. Elle bat alors le record du monde des moins de 20 ans de un centième (22''17), détenu par Allyson Felix, sextuple médaillée olympique et treize fois championne du monde, depuis les Jeux olympiques de 2004.

Elle a quitté l'université après une année, pour devenir professionnelle, comme Mondo Duplantis

Sha'Carri Richardson a intégré Louisiana State University (LSU) en 2018. Mais elle n'y est restée qu'une année et a choisi de devenir professionnelle. Un parcours similaire au perchiste suédois Armand Duplantis, 21 ans, détenteur du record du monde de saut à la perche. Lui aussi avait fait le choix de quitter l'université de Louisiane après une année d'études, afin de se concentrer sur sa carrière. Avec le succès qu'on lui connaît.

♦ Elle s'entraîne avec Dennis Mitchell, ancienne grande star du sprint américain

"M’entraîner avec Dennis Mitchell a été l'une des meilleures décisions que j'ai prises dans ma vie", a déclaré Sha'Carri Richardson dans une interview publiée par Team USA en août 2020. Dennis Mitchell est loin d'être inconnu dans le monde du sprint. Médaillé d'or en relais aux Jeux olympiques et double champion du monde, il était l'un des rivaux de Carl Lewis au début des années 90. Trois fois médaillé de bronze (JO et championnats du monde), il était l'une des stars du sprint mondial. Il faisait d'ailleurs partie du relais américain, avec Carl Lewis, Leroy Burrell et les autres, recordman du monde du 4x100m (37"50 en 1991).

♦ Elle a été abandonnée par sa mère et a eu pour modèle sa tante

Sha'Carri Richardson est née à Dallas, au Texas. Abandonnée par sa mère, elle n'a pas vécu une enfance heureuse et a tenté de se suicider au lycée. L'athlète a été inspirée en voyant chez sa grand-mère les médailles remportées par sa tante Shayaria Richardson, star du sprint scolaire. Dans une interview publiée par Team USA, elle raconte être suivie par un psychologue : "Je voudrais que les gens sachent que nous - les athlètes - traversons aussi des choses. Nous sommes humains, tout comme eux. Il se trouve que nous courons un peu plus vite et que nous sommes un peu plus forts. Mais en fin de compte, nous voulons tous être entendus et compris".

-

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.