Cet article date de plus de deux ans.

JO 2022 : après l'or en snowboard, Ester Ledecka chausse les skis avec le quadruplé en tête

Après avoir remporté la médaille d’or en slalom géant parallèle en snowboard, la Tchèque veut réaliser le même exploit qu’en 2018 en s’imposant sur le super-G de ski alpin.

Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 4 min
Ester Ledecka célèbre sa médaille d'or remportée en snowboard à Zhangjiakou lors des Jeux olympiques de Pékin, le 8 février (RAMIL SITDIKOV / SPUTNIK)

Imaginez-vous le Français Johan Clarey, vice-champion olympique de la descente, se préparer à disputer une épreuve de snowboard, quelques jours seulement après avoir décroché sa médaille d’argent ? Une situation a priori impensable, sauf pour Ester Ledecka. Après avoir remporté la médaille d’or, mardi, lors du slalom géant parallèle en snowboard, la Tchèque de 26 ans va chausser ses skis, vendredi 11 février, pour tenter de réaliser un nouvel exploit en super-G : réaliser un deuxième doublé consécutif aux JO.

En 2018, à Pyeongchang (Corée du Sud), Ledecka avait créé une énorme sensation en remportant le super-G - avec des skis empruntés à la championne américaine Mikaela Shiffrin -, une semaine avant de s’imposer sur le slalom géant parallèle en snowboard. Un doublé inédit - hommes et femmes confondus - aux Jeux olympiques, qui avait étonné à l’époque la première concernée à son arrivée en super-G : "En voyant mon temps dans l’aire d’arrivée, j’ai d’abord eu du mal à y croire. Je pensais à une erreur de chrono, et je me disais qu’ils allaient m’ajouter des secondes."

Aucune erreur de chrono n’est pourtant commise et Ledecka est bien sacrée, devant l’Autrichienne Anna Veith qui se voyait déjà sur la première marche du podium. À Pékin, Ledecka a débuté par un titre en snowboard sur la piste de Zhangjiakou mardi. Ses adversaires, qui savaient la domination de la Tchèque dans la discipline, ont poussé l’effort au maximum, quitte à en faire trop.

Le ski alpin, sa priorité

Des huitièmes de finale à la finale, Ledecka a vu ses adversaires partir à la faute. Symbole d’une domination sans partage de la Tchèque sur la discipline : ces deux dernières années, Ledecka n’a participé qu’à quatre courses de snowboard et en a remporté trois. Avant cela, la "skiboardeuse" avait remporté quatre fois le gros Globe de cristal de la Coupe du monde de snowboard entre 2016 et 2019.

Patronne de la discipline, Ester Ledecka a décroché sa troisième médaille d'or olympique en carrière et sa deuxième en snowboard. La Tchèque a brillé lors de la finale du slalom géant parallèle face à l'Autrichienne Daniela Ulbing et conserve ton titre remporté à Pyeongchang.
Snowboard (F) : la Tchèque Ester Ledecka sacrée championne olympique du slalom géant parallèle Patronne de la discipline, Ester Ledecka a décroché sa troisième médaille d'or olympique en carrière et sa deuxième en snowboard. La Tchèque a brillé lors de la finale du slalom géant parallèle face à l'Autrichienne Daniela Ulbing et conserve ton titre remporté à Pyeongchang.

Trop facile pour Ledecka, qui a choisi ces dernières saisons de se réorienter sur le ski alpin. Gênée par des problèmes de dos, la Tchèque fait l’impasse depuis plusieurs mois sur le snowboard pour se concentrer sur la Coupe du monde de ski alpin, afin d’éviter, notamment, des problèmes de logistique et de charger la mule. "Intérieurement, je me sens toujours à moitié snowboardeuse, à moitié skieuse, expliquait-elle dans une interview accordée au CIO mi-novembre. En fait, je voulais découvrir ce que j’étais capable de faire dans le classement général de la Coupe du monde de ski alpin."

Et le choix de Ledecka s'est révélé payant. Après ses débuts en Coupe du monde de ski alpin à Garmisch-Partenkirchen (Allemagne) en 2016, elle s’est progressivement imposée comme l’une des valeurs sûres du circuit, en réalisant de belles performances (deux victoires et six podiums) et en entrant régulièrement dans le Top 10. Lors des Mondiaux de Cortina d’Ampezzo (Italie) l’an dernier, elle s’est retrouvée par deux fois au pied du podium, en super-G et en descente (4e).

Plus performante en descente qu'en super-G cette saison

Cette saison, la Tchèque est davantage en difficulté (24e du classement en super-G). Mais pas de quoi faire trembler la championne olympique en titre . "Ce n’est pas simple pour moi, car une partie de ma tête était en train de rider sur ce parcours, alors que de l’autre côté, ma tête est déjà concentrée sur la ligne d’arrivée du parcours de ski", expliquait Ledecka après sa médaille d’or en snowboard, mardi.

Ester Ledecka lors du Super-G de Cortina d'Ampezzo, à l'occasion de la Coupe du monde de ski alpin, le 23 janvier (JURE MAKOVEC / AFP)

L’esprit à Yanqing, où se disputera le super-G vendredi, et le corps à Zhangjiakou. Une forme de dédoublement de la personnalité qui ne l’a pas empêchée de se parer d'or, et de viser un doublé. Encore faudra-t-il gérer la transition d’un site à l’autre, avec toutes les complications que cela comporte et notamment un changement de bulle sanitaire, ainsi que les deux jours de repos entre les deux épreuves. En 2018, Ledecka avait eu une semaine de répit entre sa victoire en super-G et celle en snowboard.

Et si elle ne parvient pas à s’imposer en super-G, Ledecka retentera très certainement sa chance en descente, mardi. Une spécialité dans laquelle elle se montre plus performante cette saison (13e de la Coupe du monde, un podium à Cortina le 22 janvier). Alors, après son troisième titre olympique, peut-elle faire mieux ? "Je peux réaliser un triplé ou un quadruplé", assurait-elle, ambitieuse, au CIO mi-novembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.