Cet article date de plus de deux ans.

JO de Pékin : dépistage quotidien, masque FFP2, troisième dose de vaccin... Voici à quoi ressemblera le protocole sanitaire des athlètes

À un mois et demi de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, la Chine a dévoilé le protocole sanitaire qui sera applicable aux athlètes pendant la durée de la compétition. Il sera très strict. 

Article rédigé par franceinfo - Sébastien Berriot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le Centre national de saut à ski, un site pour les Jeux olympiques d'hiver de Pékin 2022, le 21 décembre 2021 à Zhangjiakou, dans la province du Hebei (Chine). (WANG ZHAO / AFP)

Les Jeux olympiques d'hiver de Pékin s'ouvriront le 4 février 2022. À 43 jours de l'échéance, la Chine a dévoilé jeudi 23 décembre son protocole sanitaire pour les athlètes, en plein rebond de l'épidémie de Covid-19 qui fait planer une sérieuse menace sur la compétition, même en Chine, pays plutôt épargné par ce rebond. Le nombre de cas augmente de manière sensible et la ville de Xi’an - 13 millions d’habitants - est désormais reconfinée.

Pendant toute la durée des JO, les délégations vont donc vivre sous très haute surveillance sanitaire. Leur quotidien aura presque des allures de quarantaine, confinés dans la bulle sanitaire géante des Jeux olympiques, avec des dépistages dans la gorge et le nez prévus tous les jours. Les laboratoires d’analyse vont travailler 24 heures sur 24, avec une armée de personnel, pour fournir les résultats de manière très rapide. Les autorités se disent "prêtes" à faire face à de possibles foyers épidémiques. Elles ont même prépositionné des hôpitaux pour recevoir de potentiels cas positifs.

Aucun faux pas ne sera toléré et la surveillance des autorités sera extrême. Chaque organisation arrivant de l’étranger sera d'ailleurs placée sous le contrôle direct d’un "agent de liaison" chinois. "Son rôle est de maintenir un contact étroit avec les délégations, pour s'assurer qu'elles connaissent le contenu du guide officiel sur le protocole sanitaire, les aider à effectuer tous les travaux préparatoires avant leur arrivée en Chine et faire face à une éventuelle urgence liée à l'épidémie", explique Han Zirong, secrétaire général du comité d’organisation des JO.

Suivi sanitaire et masque obligatoire

Le suivi quotidien de la santé débutera 14 jours avant l’arrivée en Chine, grâce à une application chinoise qu’il faudra installer sur son téléphone depuis la France. Les athlètes devront y fournir des informations sanitaires. "L'application va permettre d'assurer activement le suivi sanitaire depuis le pays d'origine avec une prise de température au moins deux fois par jour et la surveillance de symptômes comme la toux et les maux de gorge", explique Huang Chun, le responsable du bureau de contrôle des épidémies au comité d'organisation des Jeux olympiques.

Seuls ceux qui ont achevé la vaccination avec deux doses depuis au moins deux semaines pourront rentrer dans la bulle sanitaire. La troisième dose n’est pas obligatoire pour le moment, mais fortement recommandée. Pour se déplacer le port du masque FPP2 sera nécessaire. Les athlètes ne seront donc pas vraiment dans une ambiance olympique, puisqu'ils devront aussi s’habituer à croiser dans les couloirs des hôtels du personnel vêtu de tenues de protection intégrale.

Enfin, il n’y aura pas de spectateurs étrangers, confirment les autorités. Pour le public chinois, la décision n’a pas encore été prise. Les autorités hésitent encore à prendre le risque de voir l'épidémie reprendre en Chine à cause des JO. La billeterie n’est pas toujours pas ouverte mais les infrastrctures, elles, sont équipées de gradins prêts à accueillir - théoriquement - environ 3 000 personnes par site.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.