Paris 2024 : les volontaires devront se "débrouiller" pour trouver un logement, déclare le délégué interministériel aux Jeux

"On se découvre beaucoup d'amis quand on vient dans ce type d'événement", a plaidé Michel Cadot devant la commission de la culture, de l’éducation, de la communication et du sport au Sénat.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le délégué interministériel aux Jeux, Michel Cadot, à Paris, le 28 novembre 2019. (ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / HANS LUCAS / AFP)

"Les volontaires savaient qu'ils n'étaient ni payés, ni hébergés. Ils savaient qu'ils se débrouilleraient par eux-mêmes." Interrogé par des sénateurs, le délégué interministériel aux Jeux, Michel Cadot, a estimé, mercredi 17 janvier, que les volontaires mobilisés pendant des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 devaient se "débrouiller" pour trouver un logement. "On se découvre beaucoup d'amis quand on vient dans ce type d'événement", a-t-il estimé.

Quelque 45 000 volontaires bénévoles vont être mobilisés lors des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. Parmi eux, seuls "quelques milliers" seront logés "pour des raisons bien spécifiques", a précisé le délégué interministériel aux Jeux. Les autres ne seront pas indemnisés et devront trouver une solution pour se loger. "Cette contrainte était posée dès le départ", a rappelé Michel Cadot, lors de son audition par la commission de la culture, de l’éducation, de la communication et du sport au Sénat. "Les gens trouvent des solutions pour un événement historique. La plupart ne vont pas payer d'hébergement mais le trouver par leurs relations."

Michel Cadot a également partagé sa propre expérience avec les sénateurs. "J'ai accompagné mon fils qui était dans des épreuves à Athènes [lors des Jeux olympiques de 2004], on a logé dans un camping à trois heures de voiture, fort sympathique. Et tout le monde était très content, a-t-il expliqué. Il y a des solutions qui peuvent être trouvées pas forcément dans des hôtels, ni à Paris."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.