Paris 2024 : des manifestants occupent un chantier des Jeux olympiques pour soutenir les travailleurs sans-papiers

Ces manifestants ont occupé vendredi le chantier de la future Arena Porte de la Chapelle, situé au nord de la capitale.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des manifestants devant le chantier de l'Arena à la porte de la Chapelle, à Paris, le 1er décembre 2023. (LINH-LAN DAO / FRANCEINFO)

"Pas de papiers, pas de JO". Le chantier de la future Arena à la porte de la Chapelle, l'un des sites des Jeux olympiques 2024 de Paris, a été brièvement occupé, vendredi 1er décembre, par une cinquantaine de manifestants, a constaté franceinfo sur place. Leur objectif : protester contre la situation de travailleurs sans-papiers, à l'appel notamment de la Confédération nationale des travailleurs-Solidarité ouvrière (CNT-SO). Contacté par l'AFP, Bouygues, le groupe de BTP chargé du chantier, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Bouygues "refuse" que les travailleurs sans-papiers ayant déposé en préfecture une demande de permis de séjour "reviennent travailler sur son 'chantier exemplaire'", a accusé la CNT dans un communiqué. "Douze à quinze travailleurs intervenant sur ce chantier sont concernés", a précisé à l'AFP un membre du syndicat, Etienne Deschamps.

Une première mobilisation le 17 octobre

Les manifestants ont quitté le chantier vendredi en début d'après-midi pour être reçus à la mairie socialiste du 18e arrondissement. Et ce, afin d'évoquer la situation de ces travailleurs avec des élus et des représentants de Bouygues, selon ce syndicaliste, qui s'est dit "plutôt satisfait" des discussions.

"Nous soutenons totalement leur combat et nous allons aider à dénouer la situation", a déclaré à l'AFP Emmanuel Grégoire, premier adjoint (PS) à la maire de Paris, qui a présidé cette réunion. Une première opération avait eu lieu, le 17 octobre, sur le même chantier, situé dans le nord de la capitale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.