Paris 2024 : l'armée ne se substituera pas à la sécurité privée, assure le préfet de police

A ce stade, 93% des besoins des entreprises de sécurité privée ont été couverts, a affirmé de son côté le préfet de région, Marc Guillaume, vendredi.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le préfet de police Laurent Nuñez lors d'une conférence de presse, à Paris, le 1er mars 2024. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le préfet de police Laurent Nuñez l'a assuré, vendredi 21 juin. Il n'y aura "pas de substitution" de la sécurité privée, dont les recrutements ne sont toujours pas bouclés, par l'armée ou les forces de l'ordre lors des Jeux. Lors d'une conférence de presse, il a écarté toute "défaillance" de la sécurité privée.

Le préfet de police a néanmoins souligné que, lors de la cérémonie d'ouverture sur la Seine, pour laquelle "le ministre de l'Intérieur a souhaité le plus haut standard de sécurité", la police et la gendarmerie assureraient "un certain nombre de missions qui, sur d'autres sites, peuvent être assurées par de la sécurité privée".

A ce stade, 93% des besoins des entreprises de sécurité privée ont été couverts, a affirmé le préfet de région, Marc Guillaume, lors de cette même conférence de presse, chiffrant les "besoins résiduels" à 1 880 personnes. Les organisateurs des Jeux sont ainsi toujours à la recherche de 400 agents pour le soir de la cérémonie d'ouverture le 26 juillet, a fait savoir, mercredi, le directeur de la sécurité des JO, Bruno Le Ray.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.