Paris 2024 : "Il n'y a pas, aujourd'hui, de menace spécifique sur le plan terroriste tournée contre les Jeux", assure la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra

Publié
Durée de la vidéo : 11 min
Paris 2024 : "Il n'y a pas, aujourd'hui, de menace spécifique sur le plan terroriste tournée contre les Jeux", assure la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra
Paris 2024 : "Il n'y a pas, aujourd'hui, de menace spécifique sur le plan terroriste tournée contre les Jeux", assure la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra Paris 2024 : "Il n'y a pas, aujourd'hui, de menace spécifique sur le plan terroriste tournée contre les Jeux", assure la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra (France 2)
Article rédigé par France 2 - T. Sotto
France Télévisions
Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, était l'invitée des "4 Vérités" sur France 2, mercredi 3 avril.

Le gouvernement a décidé de rehausser le plan Vigipirate à son plus haut niveau, celui d'"urgence attentat", le 24 mars, après l'attaque à Moscou (Russie). À quelques mois des Jeux olympiques de Paris, Amélie Oudéa-Castéra assure dans les "4 Vérités" sur France 2, mercredi 3 avril, qu'"il n'y a pas, aujourd'hui, de menace spécifique sur le plan terroriste tournée contre les Jeux olympiques et paralympiques". Une menace terroriste qui est suivie par les autorités "avec toute la vigilance nécessaire", affirme la ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques.

La cérémonie d'ouverture sur la Seine reste le "plan central"

La cérémonie d'ouverture de Paris 2024 aura lieu le vendredi 26 juillet sur la Seine, en plein air. Interrogée sur un éventuel plan B pour cette cérémonie en cas de menace pour la sécurité de l'événement, Amélie Oudéa-Castéra indique que "cette cérémonie sur la Seine reste absolument notre plan central". "Ce n'est pas parce qu'on ne parle pas d'un plan B qu'on ne le prévoit pas", ajoute-t-elle cependant. La ministre ne donne pas d'informations supplémentaires sur le lieu qui pourrait être choisi en cas de plan B, arguant qu'"il y a un travail de discrétion qui doit être respecté sur ces sujets pour que ça soit des solutions efficaces".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.