JO 2021 - Volley : brillants face aux Russes, les Bleus respirent un peu et entrevoient les quarts

Dos au mur pour leur quatrième match de poules dans le tournoi olympique de volley, vendredi, les Bleus ont dominé les Russes trois sets à un.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les Bleus de l'équipe de France de volley face au Comité olympique russe, le 30 juillet 2021. (VLADIMIR PESNYA / SPUTNIK)

Les hommes de Laurent Tillie n'avaient pas le droit à l'erreur, vendredi 30 juillet, face aux joueurs du Comité olympique russe. Défaits à deux reprises par les Etats-Unis et l'Argentine - pour une victoire contre la Tunisie - les Bleus étaient dos au mur au moment d'affronter le leader du groupe B. 

Au bout de la nuit tokyoïte, Earvin Ngapeth et ses coéquipiers ont retrouvé un niveau de jeu plus conforme à leurs standards pour s'imposer en quatre sets (25-21, 20-25, 25-17, 25-20). La France se repositionne en troisième position au classement de leur poule avec sept points, donc parmi les quatre qualificatives pour les quarts de finale. Reste à finir le travail face au Brésil dimanche (4h, heure française), à moins que les États-Unis n'offrent une place en quarts à la France en s'imposant face à l'Argentine.

Il n’y a en fait qu’un seul scénario qui serait synonyme d’élimination pour les coéquipiers de Benjamin Toniutti : une défaite contre le Brésil 3-0 ou 3-1, associée à une victoire de l’Argentine 3 sets à 2 contre les États-Unis dimanche.

Malgré un passage à vide dans la deuxième manche, les Bleus s'imposent en 4 sets face aux Russes. Earvin Ngapeth et ses partenaires retrouveront le Brésil lundi (4h05).

Ngapeth retrouve ses ailes, Patry homme du match

On l'avait laissé le regard éteint après la défaite face à l'Argentine. Loin de son niveau depuis le début du tournoi olympique, Earvin Ngapeth broyait du noir. Ce vendredi, le réceptionneur-attaquant a remis les pendules à l'heure. Celui qui naviguait à 11 points de moyenne par match en a inscrit 18 face aux Russes. Et plus que le simple aspect statistique, c'est l'impression de retrouver le meilleur joueur du monde - par fulgurances - qui a été la plus saisissante. L'image du contre monumental du Français face à son coéquipier à Kazan, Maksim Mikhailov, lors du troisième set (17-12), restera un symbole de la renaissance du champion. 

Lui ne cesse de confirmer ses belles sorties. Jean Patry a bouclé la partie avec 20 points au compteur (17 sur 28 tirs inscrits). Meilleur scoreur, le pointu de 24 ans a tout fait face au Comité olympique russe : feintes, services canons, blocks... Il a sorti toute sa palette pour faire plier la défense adverse. Incontestablement l'homme du match. Pas étonnant de le voir inscrire la balle de match, tout en puissance cette fois, preuve supplémentaire de son importance au sein du collectif tricolore.

Le collectif bleu est de retour

Le collectif, justement. C'est l'ingrédient essentiel qui a semblé ressurgir du côté des joueurs de Laurent Tillie face aux Russes. Malmenés et peu au point face aux États-Unis ou l'Argentine, les questions se bousculaient après une préparation pour ce tournoi olympique qui ne fut jamais aussi longue, et une Ligue des nations marathon terminée à la troisième place. De quoi faire le plein de confiance, pensait-on alors, jusque-là à tort.

Ce vendredi, la défense française a de nouveau fait des merveilles et a pu compter sur ses remplaçants pour faire la différence, à l'image du block sensationnel de Stephen Boyer pour mener 24-19 dans la quatrième manche. Les Bleus ont retrouvé de l'allant. De bon augure au moment de conclure face aux champions olympiques brésiliens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.