JO 2021 : Romane Dicko, le nouveau joyau du judo français, médaillée de bronze à 21 ans

La jeune judokate française a décroché vendredi la médaille de bronze dans la catégorie des +78 kg. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Romane Dicko après sa défaite en demi-finale à Tokyo chez les +78 kg, le 30 juillet 2021. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Le judo français a retrouvé un peu le sourire après la médaille de bronze finalement décrochée par Teddy Riner, vendredi 30 juillet aux Jeux olympiques de Tokyo. Mais il s'est aussi trouvé un nouveau joyau avec Romane Dicko. Du haut de ses 21 ans, celle qui est justement fréquemment comparée au champion français a trouvé la force de se relever d'une demi-finale totalement ratée pour s'offrir une médaille de bronze pleine de promesses, alors que sa précocité avait fait d'elle une favorite pour l'or olympique.

Si Romane Dicko n'a pas fait résonner la Marseillaise au Nippon Budoka – la faute à une demi-finale ratée contre la Cubaine Idalys Ortiz, trop puissante et très expérimentée (elle a décroché sa quatrième médaille olympique à Tokyo) –, elle s'est relevée comme une grande pour aller chercher la médaille : "Ce sont des larmes de joie, un peu de tristesse, aussi, parce que j'avais à cœur d'aller en finale mais on ne crache pas sur une médaille olympique. C'était compliqué après ma demi-finale, je ne pensais pas me remobiliser. Je suis contente d'être allée chercher cette médaille olympique", savourait la jeune championne à la sortie du tatami après sa petite finale.

"Il n'y a pas d'âge pour être championne"

S'il ne s'agit "que" d'une troisième place, le podium de Romane Dicko ouvre une nouvelle page pour le judo tricolore. Et cette médaille à Tokyo pousse immanquablement à regarder vers Paris 2024 pour une jeune athlète qui n'en finit plus de brûler les étapes. "Je m'entraine pour être championne, il n'y a pas d'âge pour ça. Si je vais aux Jeux, ce n'est pas pour faire de la figuration", expliquait-elle en conférence de presse avant les JO.

Depuis qu'elle a découvert le judo à 12 ans, l'ancienne nageuse est une jeune femme pressée qui saute aisément les temps de passage. Certains y verront un lien avec son cousin, Teddy Tamgho, champion du monde du triple saut en 2017. Peut-être. Mais la vérité, c'est que Romane Dicko est surtout un talent brut, qui n'a même pas attendu d'être ceinture noire pour être sacrée championne de France en 2016, alors qu'elle était encore cadette. Un palmarès qui compte aussi – déjà – deux titres de championne d'Europe (2018, 2019), et plusieurs tournois Grand Chelem dont ceux de Tel Aviv et Paris en 2020, et de Doha en 2021.

"Elle a un caractère exceptionnel qui fait qu'elle ne doute pas. Elle va marquer le judo français et le judo international pour longtemps."

Teddy Riner

en conférence de presse avant les JO

A 21 ans, elle vient en tout cas de décrocher sa première médaille olympique faite de bronze, comme son illustre aîné en 2008 à Pékin. On connaît la suite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.